Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 12:40
La forme informe!

La forme informe!

The essence of play is paradox itself. The paradoxes of play are an evolutionary step. Gregory Bateson

Ne vous fiez pas aux apparences et à l’allure anodine et bonne enfant de cette interview. Cela semble être un reportage anodin et gentillet se déroulant dans un parc sympathique, mais nous sommes bien loin des banalités d’usage à la fois dans la teneur des propos et par justement la qualité de ceux qui les prononcent [1] [2]! Le scénario de la révélation extraterrestre est finalement évoqué et si vous lisez entre les lignes, vous comprenez que la Terre n’est qu’une planète parmi tant d’autres abritant la vie intelligente. La question n’est plus de savoir si nous sommes seuls mais bien plutôt de comment se préparer à cet autre (ces autres) des étoiles qui nous ont déjà très certainement repéré et comment aborder cette complexité avec nos yeux d’humains. Il s’agit d’une singularité divergente dans le sens où cet évènement brise, un peu à la matière du passage du système géocentrique au système héliocentrique, nos dogmes, nos croyances mais aussi appelle à un autre rapport à la nature, au monde et donc une autre politique ! Si la question du contact est un « chamboule tout » dans le domaine scientifique, culturel, philosophique, c’est aussi un impacteur de première pour les structures déliquescentes qui dirigent cette planète. On peut comprendre que le sujet est alors mis sous le boisseau mais de temps en temps des pépites émergent comme celle-ci!

J’en profite pour rendre un hommage à Neil Gehrels qui nous a quitté en février 2017. Neil était un spécialiste de l’astrophysique des hautes énergies, vous savez, celles dont la maitrise est très certainement nécessaire aux voyages interstellaires. Neil traquait les flashes gamma, les phénomènes énergétiques transitoires et si des signatures sont cosmiques et lointaines [3] d’autres sont beaucoup plus proches, dans notre système solaire mais aussi sur Terre! A noter qu’il participa aussi à la mission Voyager et qu’il s’intéressa entre autre à ces milieux interfaces où l’héliosphère rencontre le milieu interstellaire. Que sa femme soit semble-t-il une ponte dans le domaine des énergies n’est certainement que le fruit du hasard de la vie [7].

En ce qui concerne la question extraterrestre, il est un des pères fondateurs de la future mission WFIRST [4] dont on reparlera très certainement et qui pourrait-être celle nous révélant nos proches voisins…d’où le nom peut être prémonitoire mais nous avons ici basculé dans le chapitre du prophétique et laissons au temps le choix de ses directions.

Voyons cette interview, traduction rapide :

7.47 Neil Gehrels: Oui bien sur mais cela dépend de ce que vous appelez la vie.  La vie telle que nous la connaissons.

8.42: La journaliste: Il y a en fait 3 méthodes de base pour détecter la vie extraterrestre, rechercher la vie dans notre système solaire, sous forme de vie microbienne, rechercher des bio marqueurs sur les exoplanètes, et enfin chercher des signaux extraterrestres,

Michelle Thaller : Seti..

La journaliste[5]: Oui, quelle méthode parmi ces trois, selon vous, pourrait donner les premiers résultats?

Michelle Thaller: Oh, je pense que l’on trouvera la vie sous forme microbienne dans le système solaire avant que nous en ayons confirmation ailleurs.

La journaliste:OK

Michelle Thaller:  Mais pendant un moment nous aurons des exoplanètes,  oh cela a l’air vraiment intéressant, les gens discuteront de savoir s’il y a assez de méthane ou d’oxygène qui montre que vous avez de la vie mais, je ne sais pas,  je pense que nous trouverons de la vie microbienne dans le système solaire en différents endroits.. Peut-être sur Mars et sur Europa et sur TItan et sur Encelade, je pense, il n’y a pas seulement un endroit où nous la trouverons.

Neil Gehrels: Il est possible que la vie soit là-bas à partir de la Terre…

Michelle Thaller: Oui

Neil Gehrels: Ou que la vie sur Terre provient de Mars dans une période précédente.

Michelle Thaller : Oh oui nous avons parlé des tardigrades, ces micros organismes très petits. Je pense qu’une idée est que la raison pour laquelle ils sont capables de résister aux radiations et à des environnements très difficiles est, vous savez, qu’ils vinrent à un certain moment d’ailleurs et la seule chose qui a survécu était celle qui avait la capacité de le faire.

La journaliste: mm-hmm

Neil Gehrels: Nous verrons probablement des signatures de l’oxygène sur les exoplanètes peut-être avant que nous trouvions de la vie microbienne dans notre système solaire, c’est probable mais nous ne saurons pas comment l’interpréter exactement.

Michelle Thaller :Oui..

Neil Gehrels: Vous savez est ce vraiment la vie ou est-ce dû à quelques autres processus chimiques en activité?

Michelle Thaller : Alors c’est juste un pari, vous savez, et je suis une des bonnes amies de Seth Shostack et alors Seth nous taquine à la NASA parce qu’il dit que “vous autres vous recherchez des algues alors que je recherche une civilisation.”

La journaliste: Oui vraiment content avec quelques algues et il fit cette prédiction au début de cette année que nous pourrions trouver la vie extraterrestre en 2040.

Michelle Thaller : Je l’espère, je l’espère.

La journaliste: Cela serait génial.

Neil Gehrels: D’un autre côté si nous trouvons un signal avec SETI, vous savez, je pense que cela modifierait l’entièreté de notre civilisation, mm-hmmm, ou potentiellement pourrait. Si c’est suffisamment proche, vous savez, peut-être sur des décennies, nous pourrions communiquer avec cette civilisation en faisant l’hypothèse qu’ils ont la même sorte de forme de vie que nous.

La journaliste: Quelles sont les probabilités, je sais que nous avons fait des efforts avant pour possiblement communiquer avec des vaisseaux spatiaux comme viking, que pensez-vous des probabilités que quelqu’un vienne nous rendre visite de si loin?

Michelle Thaller: Bien, la chose principale était qu’il y a des “messages bouteille à la mer” ou je veux dire quelque chose comme voyager en déambulant aux alentours avec une indication plaqué or, oui non comme sur les vélos qui ont sur eux,  je pense, quelque chose comme “je suis autorisé” [6], il  aurait probablement une petite plaque mais je veux dire..les probabilités de trouver quelqu’un sont vraiment vraiment très faibles mais le message d’Arecibo fut émis à destination d’une large région…

Neil Gehrels: Bien, si quelqu’un écoute et s’ ils entendent cela que oui ce qu’ils feront avec cela, nous n’en saurons jamais.

Michelle Thaller: Nous leurs avons donné des indications vous savez, ils savent que nous sommes ici. J’ai juste… vous savez, ce sont des suppositions oui, je pense de façon définitive qu’il y a de la vie là-bas car dans notre propre galaxie,  nous avons estimé qu’il y a environ 100 milliards de planètes estimation qui est basée sur les statistiques de Kepler. Une galaxie, bien, nous savons aussi qu’il y a..

Neil Gehrels: Il y a autant de planètes que d’étoiles, juste un équilibre.

Michelle Thaller: C’est vrai je veux dire quelque chose de cet ordre mais elles sont horriblement loin entre elles et horriblement … les distances sont juste incroyables. Vous savez le problème de faire un modèle de la galaxie est que vous êtes habitués au système solaire où vous mettez le soleil ici et que vous savez que les premières planètes sont là à droite et il y a beaucoup de place et vous pouvez faire un modèle du système solaire. Vous ne pouvez pas faire cela avec notre propre galaxie.

Neil Gehrels : Vous savez, c’est impossible, c’est si plein d’espace.

Michelle Thaller: Si le soleil avait la taille du point sur le I sur cette page, un point que vous pouvez à peine voir mm-hmm alors notre galaxie s’étendrait jusqu’à la lune!

La journaliste: Oui c’est juste impossible à comprendre.

Neil Gehrels: L’exoplanète la plus proche qui pourrait être dans la zone habitable où la température permet d’avoir de l’eau liquide à la surface est de 12 années-lumière. Cela parait plutôt près mais vous savez pour vraiment voyager là-bas c’est virtuellement impossible car vous ne pouvez voyager plus vite que la lumière.

Michelle Thaller: Ce sera vraiment un monde différent, je veux dire, je me réveillerai dans un univers différent si on détecte un signal avec SETI même si ce n’est pas une communication et même si nous n’arrivons jamais à le décoder, nous obtenons quelque chose où l’on peut dire ceci est de façon définitive quelque chose de fabriqué artificiellement maintenant quel que soit ce qu’était le signal, il apparait comme cohérent mathématiquement, il doit être artificiel. La nuit suivante vous regarderez le ciel et vous savez que quelqu’un d’autre est là-haut, pensant, vous savez quelqu’un d’autre a une technologie, une civilisation. C’est un tout autre univers.

Neil Gehrels : Nous avons détecté un signal périodique nous pensions qu’il était périodique dans la gamme des rayons gamma d’une étoile proche. Il s’avéra être faux mais il y eut 3 jours où certains d’entre nous pensèrent “une communication dans la gamme des rayons gamma”.

Every communication has a content and relationship aspect such that the latter classifies the former and is therefore a metacommunication- Paul Watzlawick.
 

 [1] Michelle Thaller:

https://en.wikipedia.org/wiki/Michelle_Thaller

[2] Neil Gehrels

https://en.wikipedia.org/wiki/Neil_Gehrels

[3] Au niveau cosmique, à priori au moins deux types de phénomènes donneraient naissance aux gamma flashes. Le collapse d’un système double d’étoiles à neutrons (gamma flash de courte durée), un certain type de supernova (gamma flash de longue durée). Mais il y en a certainement bien d’autres et je ne serai pas étonnée qu’il y ait une étroite connexion avec ces théories d’univers jumeaux et notamment l’approche Janus de JPP.

[4] WFIRST

[5] La charmante personne réalisant l’interview- Katrina Jackson!

[6] Curieuse remarque que j’ai peut-être mal traduite et interprétée. On ne peut s’empêcher de  penser au SSP (Secret Space Program) et au bouquin de Michael E. Salla SSP and Extraterrestrial Aliances et cette histoire de Solar Warden où l’on colle sur nos “sondes” des plastrons prêchant la paix alors même que la planète passe son temps à s’entredéchirer.

[7] Ellen Williams directrice de l’ARPA-E.

https://en.wikipedia.org/wiki/Ellen_D._Williams_(scientist)

NB: Notez que les sous-titre en anglais sont obtenus via du machine learning en reconnaissance vocale. C’est déjà pas mal!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens