Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 21:14
Versailles?

Versailles?

Evènement 1 :

Le ministre des affaires étrangères de Russie, Sergei Lavrov, dans le cadre d’une réunion entre la Russie et les Etats-Unis dans le but d’étudier l’offre américaine de coopération militaire plus étroite en Syrie, ouvre la réunion par une minute de silence à la mémoire des victimes de l’attentat de Nice. La demande est sobre et sans fioriture et tombe comme un couperet :

« Si cela ne vous dérange pas, je suggère que nous rendions hommage à la mémoire des victimes avec un moment de silence. »

La minute de silence dure 14 secondes. Kerry se sent obliger de compatir :

« Nous nous joignons à vous dans l’expression de notre horreur absolue face à ce carnage incroyable qui s’est déroulé à NICE hier."

Evènement 2 :

La guerre contre ISIS : La Chine entre en jeu.

« Le Pentagone est stupéfait par la décision de la Chine de faire entrer dans la guerre contre ISIS des milliers de soldats.

Le Kremlin a annoncé que la Chine est prête à envoyer 5000 soldats de ses forces spéciales les plus pointues dans la zone de guerre du levant pour aider la Russie dans sa guerre contre l’ISIS, ce qui a laissé l’administration Obama et le Pentagone « horrifiés ». Les unités des forces spéciales « les Tigres Sibériens » et les Tigres de nuit ont reçu dimanche, l’autorisation par le congrès du peuple de Chine de se déployer, après que la Chine ait passé sa première loi anti terroriste permettant à leur armée de prendre une part dans des missions anti terroristes à l’étranger.

Graphe existentiel

Graphe existentiel

Méta Evènement 3 : Retro collage abductif pour une approche non classique des évènements et des enlèvements où l’aile de la substitution met en lumière une triste évolution.

 

L’abduction est nécessaire pour approcher les phénomènes d’abduction. Le musement, la merveille vers l’existant, prépare l’ouverture pour pouvoir développer une abduction, qui cherche à expliquer un fait surprenant, comme le démontre Sara Barrena [Barrena 1996:31]. L’« agency of the scripture » applique une action sur les graphos afin d’activer les tonalités et les colorations qui potentialisent la raison.

L’homme vit dans la pensée et non la pensée dans l’homme ; nous y sommes attachés, non pas par des cordes rationnelles, mais par des milliers de petits fils de sensations qui nous connectent, par le biais de décalages continuels, à cette « harmonie céleste et vivante » (CP.6.138).

L’abduction en tant que « graphe imaginal » d’une mémoire collective, d’une connaissance collatérale(anchinoia de Planton) ?

Pour prendre une analogie, c’est comme si l’on observait une forme étrange qui est dans le fleuve mais que nous ne pouvons pas discerner. Nous sommes alors obligés d’interpréter, en passant par différentes étapes : la première se fonde sur « notre expérience phénoménologique » qui nous force à admettre qu’il y a «quelque chose plutôt que rien ». En deuxième lieu, nous devons nous fier à notre « familiarité avec le système général des signes […] et limiter nos hypothèses à un nombre limité d’objets (qui pourraient être un oiseau ou une branche) ». Ensuite, nous devons nécessairement discerner, interpréter, « choisir la possibilité que nous sommes enclins à croire ». Puis, enfin, nous vérifions nos hypothèses par des « recherches ultérieures » [Maddalena 2009:72]. Mais dans le cas de l’abduction, rien ne colle et nous sommes pris dans une catastrophe de la perception, sorte d’échec de la raison pour mettre en forme cette réalité où le sol qui se délite sous nos pieds sans pouvoir assurer les fondements sur lesquels appuyer une approche rationnelle de l’événement pour prendre une autre analogie.

C’est en traçant les graphes existentiels de ces récits que l’on fait alors apparaître une réalité cachée. Si nous sommes dans une caverne à regarder des ombres se projeter sur les parois, nous pouvons disserter à l’infini de la forme de celles-ci ou de leur réalité intrinsèque, ou alors, nous pouvons nous retourner, à l’opposé des parois et observer la lumière qui découpe ces formes, à la fois dans leurs dimensions chromatiques et spectrales en utilisant notre intelligence Imaginale. Il s’agit encore ici d’une analogie mais ne serait ce pas une façon d’exprimer notre mode d’être qui exprimerait une éthique à la fois Spinoziste et Peirceienne dans une approche chromatique du devenir? N’avons nous pas besoin d’une approche similaire pour anticiper les évènements à venir et trouver notre chemin dans le horsain?

Cristal cosmique pour lire l'avenir?
Cristal cosmique pour lire l'avenir?

Cristal cosmique pour lire l'avenir?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens