Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 07:56
Un esprit à suivre

Un esprit à suivre

Il me semblait important de faire un résumé rapide (et interprété) de deux vidéos récentes qui me semblent quelque part, liées. Commençons par ce nouveau volet de « L’être humain cache un grand secret » paru sur le site « Mundo desconocido » et où Javier semble toujours inspirer son orateur :

https://www.youtube.com/watch?v=oLa1GONlR7U

Ummo : La Terre est un cerveau, un accumulateur de données immense qui enregistre tout ce qui touche aux êtres conscients (BB)

L’être humain dispose de capacités surnaturelles : Télépathie, Précognition, les expériences de mort imminente, des souvenirs de vies passées, des expériences du Paradis, le pouvoir secret de l’âme (B) et de l’âme collective (BB).

Les êtres humains ont perdu partiellement la capacité de télépathie. Le BB agit comme un véhicule, un pont. Une connexion entre deux âmes collectives différentes ne peut exister (axiome ou fait constaté ?). Deux âmes collectives ne peuvent pas entrer en communication naturellement.

La télépathie entre âmes collectives différentes utilise des moyens technologiques.

Certaines races humaines ont la partie du cerveau dédiée à la télépathie moins atrophiée : Ce serait notamment ceux du Haplo groupe C possédant la mutation M130.

Haplogroup M130
Haplogroup M130

Haplogroup M130

https://en.wikipedia.org/wiki/Haplogroup_C-M130

Ces êtres humains vivent dans différentes parties de la planète et notamment en Australie, dans le Sud Est Asiatique et en Inde (Asie + Océanie).

Ceux possédant l’Haplogroupe R par une malchance pour tous, présentent une atrophie majeure de cette capacité de télépathie, la partie du cerveau dédiée à cette fonction est pratiquement inexistante. Seulement quelques cas très rares de ce groupe sont télépathes.

https://en.wikipedia.org/wiki/Haplogroup_R_(Y-DNA)

Notre capacité linguistique est limitée et utilise qu’une partie du cerveau (un hémisphère). Dans le cosmos, cette capacité est étendue aux deux hémisphères (d’où la capacité peut-être de tenir deux discours en un !)

La précognition : Capacité de prévoir ce qu’il va se passer dans le futur proche ou lointain (les couloirs du temps sont impénétrables). L’âme de l’être humain que nous appelons B, semble connaître tout ce que nous allons vivre à l’avance. Cette âme peut nous prévenir à l’avance d’un danger imminent. L’âme nous offrirait une capacité de libre arbitre à l’intérieur de notre propre être en délivrant des avertissements ou des signaux de danger nous invitant à corriger nos actions. Par exemple, et au dernier moment, décider de ne pas prendre un avion qui va s’écraser. Exemple donné du Titanic, où des voyageurs décidèrent au dernier moment de prendre un autre bateau qui prenait la même route pour des raisons diverses. Voir aussi mon sujet sur la précognition.  

Les expériences de mort imminente : Des personnes vivent des évènements et des scénarios similaires, un tunnel, une lumière brillante, etc. et soudain, ils reviennent dans leur corps. Les ummites disent que l’expérience est réelle.

Le ciel : notre but final, le résultat de toutes les actions de notre vie. Selon les ummites le ciel existe. Quand l’homme meurt, les atomes de Krypton qui sont dans notre cerveau et qui opéraient la communication entre le BB (l’âme collective) et le B (l’âme), cessent de fonctionner et l’âme B s’intègre dans le BB partiellement et nous avons la possibilité de partager tout ce que le BB a engrangé. Si on a été médiocre, l’accès sera limité contrairement à ceux qui auront distribué la sagesse et le bonheur dont l’accès sera étendu, énorme. Cette intégration est définie par le vocable IU qui correspond à la densité de connexion avec le BB, l’âme collective ou le ciel que chaque être humain développe.

Nous poursuivrons cette série avec la question de savoir comment les planètes et les mondes peuvent finalement se détruire. Javier est toujours à la manœuvre.

 

Certaines de nos capacités. Manque notamment à l'appel le remote viewing dans l'espace et dans le temps (la pré cognition déjà évoquée).Certaines de nos capacités. Manque notamment à l'appel le remote viewing dans l'espace et dans le temps (la pré cognition déjà évoquée).Certaines de nos capacités. Manque notamment à l'appel le remote viewing dans l'espace et dans le temps (la pré cognition déjà évoquée).

Certaines de nos capacités. Manque notamment à l'appel le remote viewing dans l'espace et dans le temps (la pré cognition déjà évoquée).

Dans ce cadre je vous propose en avant-première de la future émission de « mundo desconocido », une sorte de devinette qui se reflète par effet miroir dans cette histoire de grand secret. Je vous invite à conserver votre raison, gardée des démons du « conspirationisme », « ces dragons des puissances de l’ombre » qui vous font voir tout sous le filtre d’âmes mourantes de la « théorie du complot ». En bon esprit rationnel, vous procéderez aux vérifications afin de transformer les racontars de la lunatic fringe en histoires tout simplement étranges qui posent finalement question.

La devinette :

Quel peut-être le point commun entre Herman Goering, Rudolf Hess, Karl Dönitz, Richard Bird, Patriarch Kirill of Moscow, John Kerry, Prince Harry, Bill Clinton, Buzz Aldrin, Lookhed Martin, etc ?

Je vous mets sur la piste. Ce jour, elle a fait la une de certains journaux télévisés avec le détachement d’un iceberg de la dimension de la Corse. Et notez que si l’on a bien invoqué le réchauffement climatique, ce qui est un peu difficile en ce moment car c’est plutôt l’hivers austral, la cause de ce détachement est imputable à quelque chose d’autre dont, nous dit-on, est « très certainement lié au le réchauffement climatique qui doit en être la cause initiale ». Comme le soulignait Robert Jaulin, en faisant référence à Staline, plus les mensonges sont gros et martelés par la méthode Coué et plus cela passe la rampe. Je crois que notre actualité récente est chargée d’exemples à la fois illustratifs et didactiques de ce principe en usage dans les régimes totalitaires ( ce qui soulève au passage un paradoxe puisque nous sommes censés être en démocratie).

Réponse : L’Antarctique !

Un endroit très peopleUn endroit très people
Un endroit très peopleUn endroit très people
Un endroit très peopleUn endroit très people

Un endroit très people

Que diable vont faire tous ces gens et corporations en Antarctique ? Reprenons le filon :

Herman Goering sponsorisa des expéditions en Antarctique ( 1938-39)

Rudolf Hess idem  ( 1938-39),

Karl Dönitz évoqua une base imprenable.

L’amiral Richard Byrd[2] (1947).

Patriarche Krill de Moscou (18/02/2016) .

Prince Harry (23/09/2016)

John Kerry en Antarctique durant les élections US (15/11/2016)

Buzz Aldrin (28/11/2016)  

Lookhed Martin en Antarctique.

Leidos

Leidos

Leidos : Notez sur cette publicité les différentes symboliques :

  • Une écoute du ciel.
  • Deux triangles imbriqués dessinant une sorte de speeder.
  • Une image dont on se demande si elle est terrestre.

A noter enfin que l’Antarctique dispose d’un des plus grands radio télescope dédié officiellement à l’étude du fond cosmologique mais certainement à bien d’autres choses et que cet observatoire a été financé en partie par des budgets de la défense (US air force je crois) et aujourd’hui Leidos ne doit pas être très loin.

SPT - Et notez la localisation pile poil sur le pôle Sud !SPT - Et notez la localisation pile poil sur le pôle Sud !

SPT - Et notez la localisation pile poil sur le pôle Sud !

Concernant l’amiral Richard Byrd à noter qu’il fut le leader de l’opération HighJump, en 1947. L’expédition fut écourtée (raison officielle des signes avant-coureurs de l’arrivée d’un hivers austral très précoce et rigoureux…) et que l’amiral Richard Byrd revint prématurément du pôle Sud avec son expédition alors qu’en fait il devrait rentrer normalement à l’arrivée de l’Hiver austral le 21 juin (cf. Kenneth Arnold) début Juillet 1947 (cf. Roswell). A noter que Byrd fit une déclaration singulière le 05/03/1947 dans un journal Chilien, El Mercurio (il fallait le trouver celui-là dans une approche alchimique !) de Santiago du Chili. L’article est ici :

 

L'article del Mercurio

L'article del Mercurio

La traduction rapide en français ici, merci pour votre indulgence :

L’amiral Richard E.Byrd fait référence à l’importance stratégique des pôles (Par Lee Van Atta pour « El Mercurio » « Le Mercure »).

A bord du mont Olympus[1], en haute mer. 4 – Spéciale- L’amiral Richard E. Byrd précisa aujourd’hui qu’il faut que les Etats Unis adoptent des mesures de protection contre la possibilité d’une invasion du pays par des avions hostiles venant des régions polaires.

L’amiral exprima : « Je ne cherche à effrayer personne, mais la réalité amère, c’est que s’il se produit une nouvelle guerre, les Etats Unis seront attaqués par des avions qui voleront d’un pôle à l’autre ». Cette déclaration fut faite de façon récapitulative, selon le jugement de Byrd lui-même, comme explorateur polaire, dans une entrevue exclusive pour le Service des Nouvelles Internationales. A propos de l’expédition récemment terminée, Byrd expliqua que le résultat le plus important des observations et des découvertes faites, c’est l’importance, potentielle actuelle, qu’auront ceux-ci en relation avec la sécurité des Etats Unis. La fantastique course selon laquelle le monde se rétrécit –déclara l’Amiral- est une des leçons, objectives apprises durant l’exploration en Antarctique que nous venons de réaliser. Je ne peux faire mieux que d’exprimer un avertissement fort à mes compatriotes dans le sens que le temps où, nous pouvions nous réfugier dans un isolement complet et nous reposer sur la confiance que les distances, les océans et les pôles constituaient une garantie de sécurité est révolu.

De plus j’observai que si lui a réussi, d’autres personnes pourraient de la même façon diriger une nouvelle expédition de 4000 jeunes américains, avec l’aide exclusive d’une poignée d’explorateurs expérimentés. L’amiral recommanda la nécessité de rester « en état d’alerte et de vigilance » qui constituent au final les dernières lignes de défense contre une invasion. ­

« Je peux me rendre compte, peut-être mieux que d’autres personnes, de ce que signifie l’utilisation des connaissances scientifiques dans ces explorations, parce que je peux faire des comparaisons. Il y a 20 ans j’ai réalisé ma première expédition en Antarctique avec moins de cent cinquante hommes, deux navires et dix avions. Par conséquent l’exploration était risquée et dangereuse et constituait une expérience singulière. Mais maintenant, un peu moins de vingt ans après, une expédition quinze fois plus importante que celle-là à tous les égards, parcours l’Antarctique, complète sa mission en moins de deux mois et abandonne la région après avoir fait d’importantes découvertes géographiques. La morale qui se déduit de cette comparaison est claire : Que la vitesse et le progrès, il paraît, ne reconnaissent pas les horizons. Il faut que nous accélérions le rythme de notre pensée, de nos projets et de nos actions et l’expansion de nos propres horizons. Mais il faut que nous fassions cela maintenant, parce que la survie du monde comme celle de la science militaire, se cache actuellement dans une couverture vitale de développement. »

L’amiral déclara que selon son opinion, l’expédition a constitué un précédent sans pareil lorsque l’on se réfère à la succession rapide dont se vérifièrent les découvertes géographiques. Et il conclut en félicitant le travail des aviateurs et les photographes du service de cartographie aérienne de l’expédition, lesquels remplirent le rôle le plus important dans l’exploration des régions inconnues de l’Antarctique (I.N.S)

Lee Van Atta.

Le « Mercure »  Article citant les remarques de l’amiral Byrd.

Vous avouerez que cette convergence d’intérêts pour l’Antarctique est pour le moins curieuse et engage à la réflexion. Qu’a ton bien pu découvrir là-bas ? Des vestiges d’une civilisation antique, des artéfacts extraterrestres (ou de véritables extraterrestres) et le ballet des célébrités serait là pour nous préparer au futur contact. Ou encore, l’Antarctique est un lieu privilégié dans une optique de contrôle de la planète et le siège de phénomènes spécifiques en rapport à la fois avec l’espace et des capacités spécifiques pour se déplacer ? On trouve dans le bouquin de Pallmann, UFO Contact From Itibi-Ra (vous savez ce bouquin qui raconte le contact d’un représentant de commerce avec des extraterrestres qui font furieusement penser aux ummites) justement une référence aux pôles qui sont utilisés par les vaisseaux des visiteurs pour se déplacer.

Osons enfin une idée complètement foutraque. Et si les pôles et en particulier le pôle Sud étaient des lieux privilégiés de l’expression de cette fameuse conscience collective planétaire à partir de phénomènes électromagnétiques singuliers et spécifiques et en rapport avec des configurations géométriques particulières et des nombres. On notera à titre d’exemple dans le système solaire ces fameux Vortex de Saturne qui nous présente un bel hexagone où le 6 semble dominer. Un cosmos vivant en somme, avec des astres qui communiqueraient via leurs pôles qui seraient des sortes d’interface entre la conscience planétaire et le cosmos, le tout supporté par des phénomènes électromagnétiques singuliers. Certains, alors, par l’intermédiaire de moyens technologiques, souhaiteraient prendre possession de ce canal privilégié pour formater le monde selon leurs désirs. Ces tentatives de piratage pourraient déclencher des mesures de rétroaction de la conscience planétaire elle-même, un jeu d’apprenti sorcier où des actions incontrôlées pourraient conduire à des mécanismes irréversibles. La situation présente de l’humanité me fait penser à cette histoire du type qui se jette par la fenêtre du troisième étage et qui, arrivant au niveau du premier se dit « jusqu’à présent tout va bien ». Mais peut être que tout cela est de la science-friction[3].

https://forbiddenknowledgetv.net/dark-journalist-joseph-farrell-antarctica-adm-byrd-jfk-and-nazi-atlantis/

[1] Le Mont Olympe… décidément.

[2] Si vous tirez les ficèles Byrd, ce n’est pas mal non plus car vous tombez sur son neveu D.H. Byrd, qui possédait le dépôt de livres scolaires à Dallas au Texas à partir duquel Lee H. Oswald est supposé avoir abattu le président Kennedy.  A noter que D.H.Byrd entre autre était présent dans ce fameux dépôt le livres le jour de l’attentat et qu’il avait acheté au début du mois de novembre 1963, une semaine avant l’assassinat, des actions d’une compagnie aéronautique. Une compagnie appelé Alpha Omega commença à acheter des actions pour 2,5 millions de dollars dans une compagnie texane fabricant des avions Ling-Temco-Vought (dont les actions étaient à leur plus bas niveau car à cette période le complexe militaro industriel était sur la sellette et il n’y avait pas de nouveau contrat). En fait c’était un achat interne de deux personnes, James Laying l’actionnaire principal de LTV et D.H.Byrd, un homme bien connu dans le milieu du pétrole. C’était un mauvais moment pour acheter ces actions mais après l’assassinat de Kennedy, les choses changèrent radicalement et en janvier 1964, le gouvernement Lindon Johnson attribua à  LTV le premier contrat de développement d’un avion de combat pour le Vietnam, faisant passer les actions de 2,5 Mi dollars à 50 Mi dollars.

[3] La science-friction

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens