Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 21:07
Exemples d’états de climats équilibrés pour une planète synchronisée gravitationnellement (A-F) et la Terre (G-L). Les variables représentées sont la température de surface (A,G), la concentration e, glace de l’océan (B, H), les radiations de longueur d’onde importante (OLR) (C,I), la couverture nuageuse (D,J), le dessus de l’atmosphère (TOA), l’albédo (A,G), l’albédo de surface (F,L). L’axe horizontal est la longitude et l’axe vertical est la latitude.

Exemples d’états de climats équilibrés pour une planète synchronisée gravitationnellement (A-F) et la Terre (G-L). Les variables représentées sont la température de surface (A,G), la concentration e, glace de l’océan (B, H), les radiations de longueur d’onde importante (OLR) (C,I), la couverture nuageuse (D,J), le dessus de l’atmosphère (TOA), l’albédo (A,G), l’albédo de surface (F,L). L’axe horizontal est la longitude et l’axe vertical est la latitude.

LHS 1140, un coin qui serait plutôt à éviter mais qui paradoxalement apporterait une réponse à la question de savoir si les planètes circulant autour des étoiles naines M peuvent accueillir la vie. Et pan sur le bec de nos champions en zètanerie[1] puisque visiblement et selon les premiers modèles, cela marcherait plutôt bien pour ce type de planètes en terme de berceau cosmique de la vie. Cela ne veut pas dire forcément que ce qui en apparaît est un modèle du genre pour le cosmos et son devenir, mais disons que la multiplicité de ces étoiles et de leurs systèmes font que l’optimisme est de rigueur et finalement, parmi la multitude et la médiocrité, il doit bien exister aussi des “outliers” inestimables qui surpassent toute la création d’une longueur universelle d’avance que ces derniers soient issus des arthropodes ou apparentés, des mammifères ou apparentés, de ce que l’on ne connait pas encore ou apparenté, ce qui vous en conviendrez ouvre le spectre des possibles des ultra basses fréquences aux rayons gammas (de l’alpha au gamma il n’y a qu’un pas!).

Mais trêve de bla bla voilà ce qui déjà devrait interpeler l’ici-bas pour comprendre que l’au de là ou l’eau de là-bas recèle une autre aura, non celle du plagiat mais bien plutôt celle du ce qui n’est pas possible mais qui est déjà là, ce qui nous met dans tous les états…et peut-être même un peu dans l’embarras!

https://arxiv.org/abs/1705.08904

NO SNOWBALL ON HABITABLE TIDALLY LOCKED PLANETS

Les systèmes du type de TRAPPIST-1, Proxima Centauri, et LHS 1140 sont les plus prometteurs en ce qui concerne les observations et le suivis de planètes habitées. Toutes les orbites autour d’une étoile naine de type spectral M sont probablement synchronisées dans un état 1:1 concernant leur révolution (la planète présente toujours la même face à son étoile), ce qui motive l’intérêt des effets que cette synchronisation gravitationnelle pourraient avoir sur l’habitalité planétaire. Sur la Terre, les périodes de glaciation globale (boule de neige) peuvent avoir été essentielles pour l’habitabilité et les signes éloignés de vie (biosignature) car elles sont corrélées avec les accroissements en complexité de la vie et

la concentration en oxygène de l’atmosphère. Dans cette publication, nous recherchons la bifurcation “boule de neige” (une glaciation soudaine) avec les planètes gravitationnellement synchronisées en utilisant à la fois un modèle de balance énergétique et un modèle de climat global de complexité intermédiaire. Nous montrons que les planètes synchronisées gravitationnellement ont peu de chance de présenter une bifurcation boule de neige comme résultat direct de la configuration spatiale de l’insolation globale qu’elles reçoivent. A la place, elles font des transitions lentes d’une couverture partielle à une couverture globale de glace et un retour à la situation initiale. Une conséquence majeure de ce travail est que les planètes synchronisées gravitationnellement avec un cycle actif du carbone ne devraient pas être trouvées dans un état de boule de neige. De plus, ce travail implique que les planètes synchronisées gravitationnellement proches de la limite extérieure de la zone habitable avec de faible concentration en CO2 dégazant seront équilibrées avec une région subtellaire non glacée plutôt que faisant un cycle entre des états chauds et de boule de neige. Des travaux complémentaires sont nécessaires pour déterminer comment l’absence de bifurcation de type boule de neige pourrait affecter le développement de la vie sur une planète synchronisée gravitationnellement.

[1] Une pensée émue pour “lhommeàlaciguarette”. L’impossible est un possible qui à chaque jour qui passe pointe son nez.

температура

температура

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens