Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 07:40
Un hommage à John Deely

Un hommage à John Deely

Semiotisches Their – Animale semiotico – Semiotic animal: Des outils pour nous préparer au contact? Trouver un équilibre dans la dynamique de production des hybrides entre la nature et les xénocultures?

Tous les animaux sont capables de reconnaître, d’employer et d’exploiter les signes à leurs avantages. Ils sont génériquement sémiotiques alors que par contraste les humains sont spécifiquement sémiotiques.

Des outils pour nous préparer au contact? Trouver un équilibre dans la dynamique de production des hybrides entre la nature et les xénocultures?

“Shows that what sets us apart is an awareness of the very process that ties us into nature as a whole”

En identifiant notre unicité dans le sens le plus général possible tout en affirmant simultanément notre lien vital à cet “ici et maintenant de la planète Terre” et à “notre comportement animal congénital”, n’est-ce pas une façon de développer une nouvelle capacité pour mieux comprendre, capacité qui foisonne, regorge de tensions interdépendantes? N’est-ce pas un voyage à la frontière des mondes, entre les sphères culturelle et naturelle de l’expérience humaine qui se révèlent par le contact exotique d’un ailleurs, une fusion scénoscopique entre "l’ens reale" et "l’ens rationis", une façon de comprendre que nous ne comprenons pas grand chose?  Ceci entraine cependant une vision de l’humanité qui apparait à la fois plus humble, plus intégrée, plus globale et plus cohérente et dont la tâche n’est pas seulement de survivre en développant de façon hypertélique et paradoxale les conditions de sa disparition mais aussi et surtout en faisant émerger par contrebalancement une dimension éthique de rétroaction. La sémiotique est interdépendante de la sémioéthique, aspects réciproques et co-adjoints d’un même développement: l’évolution de la compréhension humaine. La sémioéthique peut être vue comme une excroissance de la nature elle-même venant contraindre notre espèce à cette même nature d’une nouvelle manière et de telle façon que nous ne pouvons pas demeurer indifférents et la dominer à notre guise.

Cela conduit à la question d’interdépendance, non seulement dans sa dimension terrestre mais aussi cosmique et de la notion de perméabilité des sphères du vivant  (ou des hyper sphères)et ce n’est pas parce qu’il y a des frontières qu’il n’y a pas de relations. En fait, c’est un peu rendre les frontières perméables que cela soit entre les intuitions sensorielles et les choses en elles-mêmes, les concepts et le noumène, la vie et ses multiples formes dans leurs dimensions matérielle, imaginale, spirituelle à l’échelle terrestre mais aussi cosmique célébrant de cette façon l’unité de la multiplicité.

“In ecology, certains things are best to be as they are and where they are”.

“The ecosemiotics of bioinvasion is a good example of the fact that we may not always advance in understanding by imposing old conceptual schemes”-  

cf Claus Emmeche in Bioinvasion, globalization and the contingency of cultural and biological diversity: Some ecosemiotic observations.”

Des hyper sphères qui s'interpénètrent.

Des hyper sphères qui s'interpénètrent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens