Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 22:54
Retirer les masques mais pour trouver quoi derrière?

Retirer les masques mais pour trouver quoi derrière?

Quel pourrait-être le rapport entre un philosophe hollandais du XVII ième siècle, des questions politiques qui ne se limiteraient pas à l’horizon terrestre et un courrier prétendument extraterrestre dont un des thèmes est justement les questions autour de l’état de droit et la question du corps, qu’il soit politique, social et qui ferait l’objet d’une analogie organique forcément erronée ?

Un algorithme de backpropagation d’un réseau neuronal analysant le “big data” constitué par nos entrepôts culturels de données du passé vous aurait peut-être proposé “L’Imperium” ! Et je me demande effectivement si nous ne tenons pas là quelques clés de décodage de notre “monde” ?

Je cite et de façon non chronologique la D68 (traduction française, il vaut mieux toujours repartir de l’original en espagnol mais je prends ici la voie de la facilité)

 

"Tous les États Totalitaires, aussi bien ceux d'orientation marxiste que ceux d'ORGANISATION FASCISTE, disposent de très puissants moyens de propagande en soumettant le peuple à un lent processus de "lavage" de cerveaux". Les citoyens vont peu à peu insensiblement s'autosuggestionner et croire de bonne foi que ses gouvernants sont des personnes respectables, des héros au service du peuple, quand en réalité leur tête ne se différencie absolument pas de ces gangsters qui dans les années 20 s'approprièrent certains leviers du pouvoir aux États Unis d'Amérique du Nord.”

 

Toute analogie ou similitude avec notre réalité qui ressemble à si méprendre de plus en plus à une dystopie de George Orwell, “le meilleur des mondes”, serait tout à fait fortuite…notamment lorsque l’on cultive notre quotidien avec cette effroyable production des “enfants de salaud”, le terrorisme.  Et toujours dans le même courrier:

 

“Comme l'ont exprimé divers Juristes Internationaux Terrestres spécialistes en DROIT POLITIQUE, "la seule expression d'ORGANICITÉ dans un État place celui-ci en marge du DROIT NATUREL". Les citoyens sont alors libres de DÉSOBÉIR à ceux qui s'auto désignent AUTORITÉ, et alors tous les composants des ORGANES EXÉCUTIFS de la NATION deviennent de simples DÉLINQUANTS.”

 

Or si l’analogie organique apparaît effectivement totalement erronée dans son interprétation anthropomorphique où chaque partie ou organe du corps représenterait une composante de l’état ou de la société, il en est une autre beaucoup plus pertinente qui fait appel à la problématique des affects et du corps, des corps comme l’expression de la multitude, multitude non homogène et fragmentée des consciences d’une planète qui émergerait en une “entité” (des entités) éthérique(s) (ou tout autre mot signalant une expression non matérielle de la collectivité qui pourrait fort bien se trouver dans cet univers des âmes collectives). En bref une réinvention de la politique !

Je cite:

“Que tout ce qui arrive à la multitude vient de la multitude-par auto affection, c’est à dire par le travail réflexif de ce “droit” qui n’est pas autre chose que sa propre puissance. Or la chose principale qui arrive à la multitude par l’effet de l’imperium, c’est de faire consistance. “La multitude vient à s’assembler non sous l’effet de la raison mais de quelque affect commun” (Spinoza: Traité politique II-17).

L’affect commun-l’affect qui affecte identiquement tous- est un affect d’une échelle qui implique nécessairement la multitude elle-même. Et c’est bien ça en effet: c’est par auto affection, productrice d’un affect commun, que la multitude se constitue elle-même en un rassemblement consistant, c’est-à-dire comme une formation politique, et non comme une collection éparse, l’impérium est un principe morphogénétique. Il fait passer les collections de l’état amorphe à la forme politique. Il est l’opérateur du groupement. Et par là celui d’un supplément: car, à parties équivalentes, il y a davantage dans une multitude assemblée que dans une multiplicité éparse. Ce supplément, c’est l’affect commun qui fait l’être-en-corps.

Le rassemblement du genre humain ne s’est pas spontanément formé, et l’humanité existe à l’état fragmenté. Ni à l’état unifié, ni à l’état pulvérulent: fragmenté. Les fragments, qui ne sont pas de la poussière d’atomes individuels, sont des ensembles finis distincts. Ces ensembles, en tant qu’ensembles, ont des formes, qui font d’eux des corps.[0]

Donc des “corps” se constituent, ils se constituent en définissant leurs “identités”, c’est à dire en négociant la signification de leurs expériences de membres dans une société de communautés, mettant en place des frontières, comme le corps qui s’entoure d’une peau pour “contrôler” ces échanges avec l’extérieur, l’altérité.

Par le jeu des corps et des affects, nous voyons alors émerger des structures qui sont à la fois (matérielles/sociales) mais aussi (virtuelles/éthériques) parce que leurs trajectoires ne s’expriment justement pas dans le même “univers”, ce qui ne veut pas dire qu’elles ne soient pas “existantes” et douées de vie pour autant, fussent-elles dans l’imaginal !

Alors on peut se méta interroger sur les trajectoires, observer comme Teilhard de Chardin une propension à la montée en complexité ou tout simplement constater que l’on se trouve dans des équilibres proches de ce que Turing avaient détecté et qui donnent naissance des structures de non-équilibre convergentes ou divergentes au cœur des spirales de la complexité et du chaos. Il y a encore beaucoup à creuser, mais pour sûr, on sent intuitivement qu’il y a de la matière là-dessous fut-elle imaginale ou spirituelle…et qui paradoxalement nous est pointée par des courriers exotiques ou par un philosophe “matérialiste” du XVII siècle.

A suivre.

[0]Extrait de Imperium-Structures et affects des corps politiques- Frédéric Lordon.

 

La réification des affects peut nous conduire à prendre notre envol. Si le vol du Simorgh est recherché, ce peut être aussi un "Snow Angel", ou un saut de l'ange!

La réification des affects peut nous conduire à prendre notre envol. Si le vol du Simorgh est recherché, ce peut être aussi un "Snow Angel", ou un saut de l'ange!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens