Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 09:56
Etonnante vie!

Etonnante vie!

Comment s’y retrouver entre les vrais et les faux comptes? Et si cette question n’était pas vraiment la bonne et qu’il était par contre beaucoup plus pertinent de suivre les pistes qui nous sont indiquées? N’est-il pas plus pertinent de développer une “économie de la connaissance” plutôt que de savoir qui est qui ou quoi dans une période où de monstrueux acteurs confisquent le savoir et le devenir de cette planète au détriment de la majorité, en faisant de leur Ego le tout à l’égout de leur mode de vie nazifiant? Sur divers sujets de politique et de morale, le chevalier Francis Bacon, chancelier d’Angleterre, écrivait déjà: “L’argent est semblable au fumier qui ne fait aucun bien, s’il n’est dispersé sur la Terre. On parvient à ce qui est nécessaire à cet égard, en supprimant ou du moins en bridant le dévorant commerce de l’usure, celui des monopoles, et en ne permettant pas qu’on mette en pâturage un trop grand nombre de terres”. Et Dieu que cela pue aujourd’hui alors que moins de 70 personnes de cette planète disposent d’autant de richesses que la moitié de la population mondiale réunie…l’écrire sonne déjà comme une révélation, une indécence insoutenable donnant la nausée, cette nausée de Sartre où le sentiment d’étrangeté et d’impuissance vous envahit face à une existence inutile, irrationnelle qui se découvre diaboliquement projetée dans les maux de la terrible injustice, une invite à gerber. Mais cette singularité, cette insulte à la vie agit aussi comme un coup de tonnerre dans les tréfonds de l’âme collective planétaire et les mécanismes de rétroaction se mettent en branle[0]. L’étincelle apparaît, cette lumière de la connaissance et du partage qui font que d’autres rapports au monde sont possibles et qu’il suffit de les cultiver aussi simplement que la vie se nourrit de la diversité pour déclencher le changement.  Si “l’existence précède l’essence”, c’est justement dans l’expression de la puissance, le Possest[1], de ce que l’on peut en acte à commencer par nous libérer de nos Cornacs qui sont finalement si peu nombreux…Une autre économie est possible, celle de la connaissance et du partage et elle n’a pas pour vocation d’être limité à une minorité car elle ne prend tout son sens que dans la conjugaison de la majorité. Une utopie? Non une lutte aux pires…

  

Exercise pratique sur le thème de la vie et du contact.

Mise en relation de ceci:

Extrait d'un Tweet.

Extrait d'un Tweet.

Avec cela:

On the possibility of Galactic Cosmic Ray-induced radiolysis-powered life in subsurface environments in the Universe, article publié dans le “Journal of the Royal Society Interface”

https://arxiv.org/pdf/1506.01274v3.pdf

“Such an organism can potentially thrive in subsurface environments on Mars, Moon, Europa or other planetary systems in the presence of radioactive substances.”

Paragraphe 3:

Implication sur l’origine de la vie et la possibilité de trouver la vie au delà de la Terre

Il est supposé qu’il y a 3,5 à 4 milliards d’années, lorsque la vie démarra sur la Terre, le soleil était dans une phase hautement active. Dans ce scenario, la surface de la Terre était probablement bombardée par un flux énergétique intense de particules solaires énergétiques et de super CME (Coronal Mass Ejections). Un flux soutenu de particules solaires et la variabilité des flux de GCR (Galactic Cosmic Rays) peuvent aussi améliorer le taux d’éclairs (Erlykin et Wolfendale, 2010), et fournissent l’énergie à la soupe prébiotique pour synthétiser les acides aminés et les autres composés organiques formant des briques de la vie (Miller et al., 1976). Si les particules solaires sont suffisamment énergétiques (> 10 Gev) elles peuvent produire des particules secondaires capables de pénétrer le sous-sol et dans l’eau (Khalchukov et al., 1995; Atri et Melott, 2011), fournissant une faible source d’énergie éloignée des expositions directes aux flux puissants de radiations UV nuisibles sur la surface. Les particules solaires atteignent typiquement des énergies de 100 MeV durant les éruptions violentes et dans certains cas plus de 10 GeV (Tylka et Dietrich, 2009). Les SPEs typiques (Solar Proton Events) produisent un flux d’environ 1 milliard de protons au centimètre carré sur la Terre. Comme le soleil était considérablement plus actif dans le passé, il est fortement probable que de telles éruptions aient pu se produire sur le soleil plus fréquement. Les composants les plus énergétiques de ces SPEs (Tylka et Dietrich, 2009), comme les GCRs sont capables de pénétrer le sous-sol (Atri et Melott, 2011), et auraient augmenté le flux de particules secondaires dans les environnements sous la surface. Une combinaison du flux de particules avec l’eau et les substances nutritives pourrait fournir les conditions idéales pour le déclenchement de la vie et son évolution jusqu’à ce que les conditions à la surface deviennent optimales.

Source                                                                                   Energie disponible

GCR sous sols de Mars                                                        12 millions   eV/g/s

GCR sous sols de Europe, Encelade, Pluton, la lune           13 millions   eV/g/s

GCR sous sols de la Terre                                                    15 000          eV/g/s

Roches radioactives                                                              1 millions     eV/g/s

Sources hydrothermales                                                        2,5 millions eV/°C 

Géochimie                                                                             1,3               eV/transfert d’électron.

Table des énergies disponibles à partir de simulations de Rayons cosmiques galactiques (GCR) et d’autres sources. Les résultats GCRs montrent que le maximum d’énergie fournie est prêt de la surface et diminue avec la profondeur. Pour les roches radioactives, la valeur est la moyenne obtenue à partir des travaux de Lin et al.(2005). Pour les sources hydrothermales, l’énergie disponible est obtenue à partir des travaux de Schulze-Makuch & Irwin (2008) et dépend du gradiant de température. L’énergie libre de Gibbs de 145 réactions fut calculée par Rogers et Amend (2005) et classée de 0 à 124 kJ/mol (1,3 eV/électron transféré). La valeur qu’indique la table est celle qui présente l’énergie maximum de réaction.

Comme les planètes indépendantes/libres ou solitaires ne sont liées à aucun système, elles ne recoivent pas le flux constant de photons de leur étoile parente. Un mécanisme a été proposé qui pourrait expliquer la vie sur de telles planètes avec une combinaison d’une pression suffisante et de la chaleur radioactive (Stevenson, 1999). De façon alternative, les GCRs et les matériaux radioactifs peuvent être une source constante d’énergie pour de telles planètes. Les mécanismes proposés dans cette publication peuvent être utilisés pour synthétiser biologiquement les éléments chimiques utiles en dessous de la coquille de glace épaisse (Chyba et Phillips, 2001). Les particules induites par les GCRs, bien qu’elles ne puissent pas fournir l’énergie au océan, comme évoqué précédemment, peuvent fournir les ingrédients et le carburant pour un écosystème potentiel dans sa coquille de glace. La Table 1 montre la disponibilité énergétique d’un nombre de sources sur différents objets planétaires.  Les objets sans atmosphère ou dotés d’une atmosphère négligeable ont une disponibilité énergétique plus grande, d’un ordre de magnitude plus élevé que ce qui est disponible pour Ca.D.audaxviator à partir des roches radioactives. Pour le moment, il n’y a pas d’autres organismes comme celui là trouvés sur Terre. Une raison pourrait-être que compte tenu de l’atmosphère importante, la plus part des radiations sont bloquées et seulement une faible fraction est disponible dans les environnements sous-terrains. Comme vu sur la Table 1, la disponibilité énergétique sur la Terre est de 3 ordres de grandeur plus faibles que celle trouvée sur Mars et environ deux ordres de grandeur plus faibles que celle utilisée par Ca.D.audaxviator. Comme dans le cas de Ca.D.audaxviator, ou la totalité de l’énergie produite par les roches radioactives est divisée entre les métabolismes fonctionnant par radiolyse, les dommages causés par les radiations et les réparations, il est possible qu’une fraction de cette énergie fournie par les GCRs puissent être utilisée pour des besoins métaboliques.

Il y a de plus en plus de preuves de poches d’eau sousterraines sur Mars (Chojnacki et al, 2016). La présence d’azote autochtone dans les dépots sédimentaires et éoliens en utilisant l’instrument SAM à bord du rover Curiosity fut rapportée récemment (Stern et al., 2015). Les observations de sels hydratés- perchlorate de magnésium, chlorate de magnésium et perchlorate de sodium sur la surface de Mars furent aussi récemment annoncées (Ojha et al., 2015). Des écosystèmes fonctionnant par radiolyse peuvent utiliser ces éléments chimiques pour des processus métaboliques. La possibilité de présence de méthane, d’Azote moléculaire et des traces d’oxygène moléculaire étant des sous produits d’un tel ecosystème ne peut être écartée et pourrait expliquer la présence de méthane (Formisano et al., 2004; Webster et al., 2015) qui ne peut pas encore être expliqué par les modèles de physique et de chimie standards (Atreya et al., 2007; Lefevre et Forget, 2009).

On peut, toujours dans la même veine, et en continuant de construire des rapports pour mettre en lumière la préscience qui semble émaner de ce dossier ummite mettre en relation tout ceci avec d’une part cette fois un courrier (D57-2 par exemple ou le bouquin de Sesma[1]) et d’autre part avec des travaux scientifiques récents comme celui-ci après et introduire la notion de chiralité dans les processus propres à la vie!

http://arxiv.org/pdf/1202.5048v1.pdf

Citation :

Une question clé dans l’étude de la vie est l’origine de l’homochiralité biomoléculaire : Presque toute les formes de vie sur la Terre ont exclusivement des amino acides lévogyres et des sucres dextrogyres. La même orientation gauchère de la vie sera t’elle préférée si l’on trouve de la vie ailleurs ? Nous passons en revue quelques sources pertinentes et nous discutons des résultats suggérant que l’homochiralité de la vie résulterait d’une brisure de symétrie chirale séquentielle déclenchée par des évènements environnementaux. D’un côté, les réactions prébiotiques autocatalytiques suivent des fluctuations stochastiques dues à des perturbations environnementales. D’un autre côté, les taux de réaction de la polymérisation avec sélection chirale influencés par les effets environnementaux conduiraient à un excès chiral substantiel même en l’absence d’autocatalyse. Appliquer ces arguments à d’autres plateformes pouvant abriter la vie a des implications sur la recherche de la vie extraterrestre : Nous prédisons qu’un échantillon statistiquement représentatif de la stéréochimie extraterrestre sera racémique (c’est à dire chiralement neutre) en moyenne

Quitte à faire une prédiction, osons par exemple suggérer que les formes de vie que nous découvrirons prochainement sur Mars seront probablement à base d’acides aminés dextrogyres ce qui signera de facto leur nature extraterrestre! Boum.

Bon et tant que l’on y est et que l’on est dans le domaine de la spéculation, on peut aussi mettre en relation avec ceci

Duration and rapid shutdown of Mars lake-forming climates explained by methane burst

https://arxiv.org/pdf/1611.01717v1.pdf

L’accumulation de deltas et les cônes alluviaux de Mars relativement jeunes (=< 3,6 milliards d’années) demandèrent la présence de lacs pendant plus de 3000 ans (en faisant l’hypothèse d’un flux dilué), mais les sols peu érodés des lignes de partage des eaux indiquent une histoire du climat qui fut à plus de 99 % sêche. Le mécanisme de déclenchement du climat pour la formation des lacs demeure inconnu. Ici nous montrons que ces contraintes intermittentes, alors qu’elles sont incompatibles avec les nombreux déclencheurs proposés précédemment pour les climats fabriquant les lacs, sont cohérents avec un nouveau mécanisme d’explosion de méthane.

et faire l’hypothèse que les changements climatiques de Mars sont étroitement liés à la météo solaire/cosmique, qui dans les périodes plutôt intenses provoquent des bouffées “de vie” du type Desulforudis audaxviator et du coup des productions de méthane…qui modifie le climat de la planète. Avouez que c’est contre intuitif!

 

[0] Notion de  Freakwave, vagues scélérates et de solitons.

Cela marche-t-il aussi dans l’imaginal?

[1] Voir notamment

[2] Ummo, otro planeta habitado-F.Sesma.

Las moleculas bioelogicas.

Aparte la composicion de la atmosfera y la elección y estudio de nuestros idiomas, cuya diversidad les asombro, otro punto que tuvieron que resolver fue la importantísima cuestión de la estructura enantiomorfica de las moléculas proteicas. Eran dextrógiras o levógiras? Si resultaban  inversas inversas a las suyas no podrían ser asimiladas por sus órganos digestivos y estaban condenados al hambre de no portar por sus alimentos. Afortunadamente, fueron las mismas.

 

Dans les méandres de la vie, fut-elle numérique.

Dans les méandres de la vie, fut-elle numérique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens