Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 23:38

Altérité : J’ai conscience de faire d’une certaine façon un accroc au protocole de communication et j’engage tout lecteur à adopter une approche « méta » dans les échanges qui ont lieu ou suivront. J’exprime ici en toute humilité une volonté d’émergence qui ne recherche en aucune façon une reconnaissance. L’égo n’est pas ici en question, c’est plutôt le lego de l’interaction qui en est le sujet. Vous trouverez ci-joint quelques réflexions sur l’ailleurs inspirées par feu Robert Jaulin, un homme que je qualifierai d’exceptionnel et je tenais à lui rendre hommage. Peu de gens le connaissent et il est pourtant le révélateur (au sens photographique) d’une logique du vivre, d’être au monde (en référence à Spinoza) qui je pense est compatible avec l’espace! C’est une intuition tout à fait personnelle. Je me suis permise de faire du collage intellectuel et de la mise en perspective en faisant référence à d’autres sources qui me semblent emblématiques de modes d’être qui ne sont, comment dire, pas vraiment en harmonie avec le cosmos. D’une certaine façon, ils engagent notre avenir (et notre devenir) sur une voie qui pose question. Vous n’êtes pas tenus de répondre, mais ce sera avec un grand plaisir que je lirai vos éventuels commentaires. L’objet de ces twits n’est pas de révéler, ni de rêves ailés, mais simplement, d’une certaine façon, de borner un imaginaire imaginal réel qui ne demande qu’à s’exprimer. Comme vous le constaterez, ne pouvant absolument pas me retrouver entre les vrais/faux, les faux/vrais, les vrais/vrais, les faux/faux, les autres, etc, j’ai pris le partis de mettre tout le monde dans la boucle, fut-elle une spirale divergente de l’entropie ou une convergence spiralée émergeant sur un ailleurs imaginé et/ou espacé… Qui que vous soyez (faussaires, vrais extraterrestres, services de renseignement, illuminés de l’altérité, etc) merci pour votre indulgence. »

 

A propos des Indiens Baris(Molitones) et de l’arrivée du monde occidental, une affaire de contact.

« La manière dont ils se définissaient dans l’espace qui soudainement se trouvait délimiter en terme de rupture et non plus en terme d’ouverture, l’ouverture étant en ce qui concerne la frontière signifiée par le no man’s land en question, le flou de l’espace qui vous sépare à l’autre. Ces propos rejoignent tout à fait d’ailleurs les travaux et les recherches menés par Patrick Deshayes dans son livre « Penser l’autre chez les indiens Humi Kuin de l’Amazonie». Vous le verrez, lisez cela avec beaucoup d’attention, c’est, il l’écrit de la manière dont les indiens conceptualisent cela et c’est du beau travail. Eh bien, donc, les indiens Baris ont donc accepté la paix et c’est assez étrange d’ailleurs, les groupes de l’intérieur ont suivi, c’est à dire les groupes qui étaient les moins contraints à la paix, enfin je parle par groupe de l’intérieur ceux qui étaient le moins proche du monde blanc, les autres ont suivi car naturellement les gens ont accepté la paix pour une autre raison beaucoup plus élémentaire, beaucoup plus première qui existait aussi dans la peau de ceux qui étaient les plus violents et qui se battaient le plus pour une autre raison. C’est qu’en effet la naturalité des choses est dans l’ordre de la paix, une paix défensive naturellement, mais non pas une paix offensive. La paix n’est jamais offensive, il n’y a que la guerre qui est offensive. Les gens en paix, ne savent pas se défendre en général, car ils ne s’organisent que par référence à un autre, des autres semblables à eux mêmes, c’est à dire des autres qui n’agressent pas. La force des troupes coloniales et d’invasion n’a même jamais été technique, elle a été de l’ordre, si je puis dire du principe ou de l’axiome, l’axiome d’invasion, l’axiome de guerre , l’axiome de suppression d’autrui et cette force n’a été efficace que dans la mesure où du côté des indiens ou du côté de ceux qui étaient envahis, l’axiome était au contraire un axiome d’alliance, un axiome de paix, un axiome de discrétion. Plus ou moins en fonction de l’histoire de l’univers qui était le leur, mais beaucoup plus qu’on le croit. Plus ou moins l’axiome de défense lorsque les gens étaient habitués à être attaqués par des parasites totalitaires, ils avaient pris l’habitude non seulement de se défendre avec efficacité mais encore de devenir eux-mêmes des attaquants. Eh bien les indiens Baris ont fait la paix et les premiers qui ont fait la paix étaient les groupes les plus proches, ceux qui avaient l’habitude d’attaquer toutes les nuits le camp pétrolier ou attaquer le village des colons. »

Robert Jaulin- Extrait du Cours du 13/01/1995

 

Les indiens Baris, font-ils partie des cultures avec lesquelles vous êtes rentrés en contact ? Ou sont-ce plutôt les indiens Humi Kuin ?

 

« On désorganise, on réduit les gens à la misère de façon à leur couper l’herbe sous le pied, c’est à dire à détruire le confort minimum nécessaire à l’exercice de la liberté, car l’exercice de la liberté suppose un confort économique minimum. Louis Richelieu qui était le penseur de cette abomination et qui avant Louis XIV, déjà sous Henri IV et surtout sous Louis XIII était le grand artisan de cette politique disait avec beaucoup de réalisme et de cynisme que les peuples ne pourraient être soumis, s’ils n’étaient dans la misère. Le contenu totalitaire du propos est sans équivoque, Eh bien vous avez à ce moment là le développement d’un élu qui génère l’instauration d’un exclus, un exclus en deux temps, exclus de lui même, c’est à dire sa qualité de sujet culturel et ensuite, transformation en objet possédé, et ensuite transformation de cet objet possédé en sujet soumis. L’essentiel et ce qui est nécessaire à la constitution d’une unité qui même si elle redevient culturelle au départ est bien définie de manière totalitaire, c’est la relation sujet soumettant (pouvoir élu) sujet soumis et c’est cette relation qui va définir, qui continue à être l’expression d’une rupture entre le sujet soumis et le sujet élu, entre le prophète et le peuple. Il y a toujours une rupture mais à ce moment là, la rupture se fait dans le champ du même, dans le même univers, c’est à dire que le sujet soumis ne se pense pas comme exclus par référence à l’univers culturel comme étant le sien, il se pense simplement comme un moindre face à un plus qui est l’élu, et dès lors que la définition de lui-même, et de cette sorte, son propos, sa dynamique, sa trajectoire sera nécessairement celle de sa transformation en sujet soumettant. La relation sujet soumis, sujet soumettant correspond à la trajectoire que l’on va appeler prophétique, si vous voulez, ou à une trajectoire totalitaire, qui elle réfère au champ, c’est à dire réfère à l’extension de l’univers d’appartenance de ces deux sujets, le soumis et le soumettant. L’exclusion n’a pas simplement pour objet de détruire, d’agir contre le champs des virtualités culturelles, il a pour objet de transformer ce champ, d’inclure ce champ dans le champ des totalitarismes afin que le champ en question puisse être défini par une dynamique, une fonction qui elle va générer son extension. Cette première étape, où l’élu est bien l’agent de l’instauration du reste dans la fonction d’exclus, cette première étape, une fois quelle est réalisée, elle va naturellement ouvrir la porte à une autre étape qui elle va éventuellement renverser la proposition, ou renverser le mécanisme. C’est à dire une autre étape où c’est l’exclus qui cette fois-ci, va être l’agent de l’instauration d’un élu. C’est l’exclus de lui-même, c’est à dire l’homme en état de décomposition culturelle, qui va être l’agent de l’instauration d’un élu qui est le terme complémentaire, qui lui est complémentaire et nécessaire dans l’univers en question, dans le champ en question. »

Robert Jaulin- Extrait du cours du 10/02/1995

Comment sortir d’une telle boucle ?

L’ailleurs est-il un effecteur vertueux, une sorte d’attracteur étrange provoquant l’émergence d’autres options en brisant une boucle pathogène ?

L’autre est-il un Un semblable dans la différence ?

Que pensez-vous de Phaeton ? Est-ce un bon candidat à l’aménagement ou l’est-il déjà ?

ETNSI :Conjonction des possibles, des modes d’être ou de non être ?

Voilà un sujet vraiment d’actualité, dans une période où la France est dirigée par un « National » Socialisme dont les relents nauséeux embaument le pays : la question de la guerre (fut-elle une guerre de l’information) devrait nous interpeller, surtout lorsqu’elle fait appel aux nouvelles technologies. Ces nouvelles technologies pourraient « déclencher » des questions de sécurité nationale et finalement quoi de mieux que d’aller s’inspirer dans l’ailleurs pour aérer, espacer un peu ce sujet. Aussi, grâce à internet, j’ai traversé l’atlantique pour aller visiter l’ETNSI (Emergency Technologies and National Security Agency) de l’université de Notre Dame, un nom prédestiné ne trouvez-vous pas ?

Les technologies émergentes et la question de la sécurité nationale et du renseignement. Voilà un thème que Snowden ne renierait pas.

« Alors que la moralité et la légalité de l’art de la guerre ont été étudiées de façon extensive à travers les âges, les dernières années du vingtième siècle et le début du 21 ième siècle ont amené des changements significatifs dans la nature de la guerre et des conflits. Le programme de recherche initié par le centre Reilly envisage l’évolution récente des nouvelles technologies pour mener la guerre et la collecte de renseignements ainsi qu’envisager les implications éthique, légale et politique de leur utilisation. Les participants comprennent des militaires, des membres du renseignement et des experts universitaires de spécialisations diverses incluant l’éthique, les lois internationales, les recherches sur la sécurité nationale et les recherches sur la paix.

Le centre Reilly est un centre participant au CETMONS (Consortium of Emerging Technologies of Military Operations and National Security) et accueille la conférence annuelle du ISME (International Society of Military Ethics).

Les dimensions Ethiques de la guerre civile.

 

Dans la période actuelle, c’est parlant non ? L’image ne vous rappelle-t-elle pas quelques évènements colorés où l’on devine qui pilote l’affaire? La Terre est une orange bleue au service d’une révolution, fut-elle celle du totalitarisme à moins qu’il ne s’agisse de l’Ile verte? Pas sûr que tout le monde soit d’accord y compris les formes de vie cachées de notre biosphère fantôme.

« Des systèmes d’armes robotiques autonomes sont déjà déployés en Irak et en Corée. Des armes non létales basées sur l’électromagnétisme et le son sont en développement et la recherche continue activement en ce qui concerne les véhicules armés et automatisés ainsi que les soldats améliorés biologiquement ou robotiquement.

Le rythme de développement croissant de la recherche sur les armes est cependant rejoint par un grand nombre d’inquiétudes éthiques levées par les responsables militaires, les universitaires, les législateurs, les journalistes et les organisations caritatives et humanitaires.

Le cours vous rendra familier avec les principales formes de technologies émergentes et évoquera les différentes considérations éthiques et légales sur la façon dont ces armes devraient être utilisées. Le cours couvrira :

1 Les différents types de technologies de l’armement émergentes (drones, systèmes robotiques, armes non léthales, la guerre numérique, l’amélioration biologique, le data mining).

2 Les positions sur l’éthique et la paix (pacifisme, réalisme politique ou simplement théorie de la guerre)

3 La loi du conflit armé (en incluant les conventions de Genève). Parle-t-on de l’espace par hasard ?

4 Les théories éthiques et normatives (conséquentialisme, déontologie et vertus éthiques). »

L’ailleurs n’est-il pas à la fois profondément éthique et politique ?

L’altérité imprègne en fait notre histoire !

La fin du siècle dernier est marquée par une singularité dont nous n’avons pas encore fini de mesurer toutes les résonances, j’entends la découverte et surtout la prise de conscience par la communauté scientifique de l’existence des exoplanètes. Car cette révolution, aussi importante que la fin du géocentrisme et que l’on pourrait nommer la fin de l’héliocentrisme galactique (c’est à dire le fait de penser que notre système solaire est quelque part unique) embarque avec elle une singularité encore plus importante, celle de l’altérité. Car même si l’on n’a pas encore identifié formellement de frères galactiques à proximité, on a identifié quelques planètes qui pourraient les accueillir.

Des planètes proches...

Des planètes proches...

Nos ancêtres du siècle dernier étaient semble-t-il bien plus ouverts à la question de l’altérité que les esprits bornés emprunts de « rationalité » d’aujourd’hui. J’en veux pour preuve cette publication récente de Michael J. Crowe (lui même fut professeur à l’université Notre Dame, un hasard sans doute)

ETNSI : Extraterrestrial Technologies and National Security Agency ? Ah, non, c’est  « Emergency » !

Les choses ne sont-elles pas en train de s’inverser à la vitesse du TGV ?

 

En conclusion et en m’adressant aux lecteurs, je vous invite à faire « péter » la politique de l’ontologie dominante, cette politique du même que l’on vous a enseignée au profit d’une ontologie de l’ailleurs dont Robert Jaulin montre le chemin. En ce mois de Juin débutant et à plus de soixante dix ans de distance, du tréfonds de mes gènes homme et « par l’amour qui meut le soleil et les autres étoiles », je pressens, comme une dame du signe de la Vierge, un appel, une formidable impulsion de RESISTANCE envers des façons d’être au monde qui ne sont plus compatibles avec la VIE.

Et vous ?

Ne faudrait-il pas réorienter le complexe militaro industriel vers la sauvegarde de la planète plutôt que vers le développement de systèmes qui creusent notre tombe ?

N’est-ce-pas avec nos impôts finalement que ces horreurs se développent à notre insu et si le citoyen de cette planète peut-être trompé, n’a t-il pas aussi le droit de se réveiller, de faire fonctionner son libre arbitre, d’agir de son plein gré et finalement de dire NON?

FLP51.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens