Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 22:17

Dans le classique déroulement du paradoxe de Fermi (qui rappelons le n’est pas vraiment un paradoxe mais bien plutôt une induction erronée) il est de bon ton de poser la question « Où sont-ils ? » en sous entendant qu’ils (les extraterrestres) n’ont certainement jamais mis les pieds sur la Terre ou ne se sont jamais baladés dans sa proximité ou même n’ont jamais donné signe de vie. C’est la politique de l’ontologie dominante et de renchérir que nous n’avons à ce jour aucune preuve d’une présence ou d’un message extraterrestre ! Bien entendu on aura passé sous silence l’entièreté de la question ufologique et les milliers de cas qui jalonnent notre histoire fut-elle récente ou plus ancienne, les signaux équivalents au WOW qui ne se sont pas reproduits, les curieuses variations de luminosité de certaines étoiles comme celle de Taby, etc. parce que cela ne rentre pas dans le cadre de « la politique ontologique dominante » qui milite en faveur d’une « Terre rare », les humains étant quelque part une « merveille » du cosmos et s’il existe de la vie ailleurs, elle est tout au plus bactérienne mais pas suffisamment complexe pour faire émerger l’intelligence. Autant dire que nous sommes à la période de « la Terre est plate » sur la question extraterrestre que nos doctes experts et scienteux s’attachent à nous faire accroire par la pensée « rationnelle ». Mais comment dire, cette image d’Epinal se fissure à la vitesse grand V depuis la découverte des exoplanètes au milieu de la dernière décennie du XX ième siècle et de plus en plus de scientifiques commencent à comprendre comme le grand Fred Hoyle, que la vie est partout…preuve en est la « pisse » qui semble être omniprésente dans le cosmos, tant est si bien que l’on se demande si nous ne sommes pas tombés dans un lieu d’aisance plutôt que dans une galaxie. Et puis patatras, le SETA débarque et parmi les innombrables signes marquant une présence exotique vous tombez sur ceci :

SETA and 1991 VG by Duncan Steel, Anglo-Australian Observatory and the University of Adelaide.

Il faut effectivement remonter aux sources et aller directement à la publication originale plutôt que de faire confiance à des sources de deuxième main qui sont déjà d’une certaine façon filtrées et déformées, de façon consciente ou inconsciente par la politique de l’ontologie dominante (en gros ce qu’il faut penser lorsque l’on se dit « rationnel », ou plutôt conforme au crédo dominant …). Avant de passer à la traduction de cette référence importante et de donner quelques pistes comme celle-ci que l’on trouve dans la partie émergée de l’iceberg du complexe militaro industriel :

VG 1991

VG 1991

Il me semblait important d’orienter le débat sur la possibilité de mettre en évidence des « artefacts exotiques» dans notre système solaire à partir de l’analyse des données concernant les astéroïdes de la ceinture et d’ailleurs avec les fantastiques outils dont s’est justement dotés le complexe militaro industriel et qui laissent parfois échapper des publications du plus grand intérêt. J’en veux pour preuve la publication récente suivante

http://arxiv.org/pdf/1604.04444v1.pdf

Brightness variation distributions among main belt asteroids from sparse light curve sampling with Pan-STARRS 1

Pan-STARRS est vraiment un outil formidable. Ici l’on s’intéresse à l’état rotationnel des astéroïdes qui est contrôlé par divers mécanismes physiques comprenant les collisions, l’amortissement interne ainsi que le fameux effet Yarkovsky-O’Keefe-Radzievskii-Paddack sans oublier une mise en rotation artificielle sur un axe polaire perpendiculaire au diamètre maximal de l’astéroïde, signe s’il en est d’un exotisme des étoiles…

Les auteurs du papier ont passé en revue les changements de magnitude entre les détections consécutives de près de 60 000 astéroïdes mesurés par l’observatoire PanSTARRS 1 pendant 18 mois d’opérations. Les auteurs ont essayé d’expliquer les changements de luminosité dérivés physiquement et à travers l’application d’un modèle simple. Ils ont trouvé une tendance vers des variations de magnitude plus petite plus lorsque le diamètre des objets diminue pour les objets d’une taille allant de 1 km à 8 km. En faisant l’hypothèse que la forme de la distribution des objets dans cette gamme de taille est indépendante de la taille et de la composition, le modèle suggère une population avec des ratios axiaux moyens de 1 :0,85 +- 0,13 : 0,71+-0,13, avec de grands objets qui ont tendance à avoir des axes de spin perpendiculaires au plan de l’orbite.

D’un point de vue statistique, on pourrait s’intéresser par exemple particulièrement aux astéroïdes dont le diamètre maximal se trouve dans le plan de l’orbite et pour lesquels la présence d’un « compagnon » (artificiel ?) pourrait faire songer à un mécanisme externe de rotation donnant à ce dernier un rotation de 4 à 6 cycles par heures. Ces périodes de rotation anormalement rapides devraient attirer l’attention sur des objets qui ne seraient pas tout à fait naturels…J’extrapole ici pour montrer en quoi nos nouveaux outils d’observation sont susceptibles d’apporter une réponse au SETA. Un brin de marchine leaning, des outils d’analyse performant et voici l’horizon de l’altérité qui devrait s’imposer…au détour d’un caillou.

Représentation de la période en fonction du diamètre de prés de 5500 astéroïdes contenus dans le LCDB. La ligne noire représente la barrière de spin de 2,2 heures.

Représentation de la période en fonction du diamètre de prés de 5500 astéroïdes contenus dans le LCDB. La ligne noire représente la barrière de spin de 2,2 heures.

A Suivre.

NB:

If we want to avert an impending calamity and a state of things which may transform this globe into an inferno, we should push the development of flying machine and wireless transmission of energy without an instant's delay and with all the power and resources of the nation. Nikola Tesla- My Inventions - An Autography

Le tempo trémolo de la valkyrie de l’infini?

SUMMARY: X-ray Event exceeded M5
Begin Time: 2016 Apr 18 0014 UTC
Maximum Time: 2016 Apr 18 0029 UTC
End Time: 2016 Apr 18 0039 UTC
X-ray Class: M6.7
Location: N10W62
NOAA Scale: R2 - Moderate

??? Face aux feux du soleil il n'est pas sûr que la chienlit perdure…L' Hexagone est en feu. Bouclage des ceintures de Van Allen immédiat pour période chahutée!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens