Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 23:31
Je suis l'être incliné qui jette ce qu'il pense... Victor Hugo
Je suis l'être incliné qui jette ce qu'il pense... Victor Hugo

Je suis l'être incliné qui jette ce qu'il pense... Victor Hugo

A l’heure ou l’on parle de plus en plus d’effondrement de civilisations sur le réseau Twitter, cartes à l’appui pour trouver un havre de paix, on lira avec attention cet article d’un penseur et stratège américain intitulé :

« L’édifice de la civilisation moderne pourrait-il s’effondrer en une génération ? »

Et Nick Nielsen de nous faire l’inventaire de ce que pourrait-être cet événement catastrophique, que la Terre soit percutée par un gros astéroïde qui liquiderait la civilisation en quelques secondes ou qu’elle se prenne de plein fouet un de ces flashes gamma qui stériliseront sa surface, finalement le danger le plus immédiat ne serait-il pas tout simplement humain ?

Ce faisant, Nick Nielsen introduit deux notions importantes :

Les risques existentiels (acronyme ExRisk pour Existential Risk) qui sont les risques menaçant l’existence d’une civilisation, de l’humanité ou de la planète ou en reprenant la définition de Nick Bostrom, « un risque qui menace d’extinction prématurée la vie intelligente sur la Terre ou qui menace de destruction drastique et permanente son potentiel de développement futur (voir l’article « Existential Risk Prevention as Global Priority », Global Policy, Volume 4, Issue 1, février 2013)

Les risques catastrophiques globaux (acronyme GCR pour Global Catastrophic Risks) qui sont plus disruptifs que destructeurs d’une civilisation ou de l’humanité. Il n’est pas difficile de construire des scénarios dans lesquels la civilisation « s’effondre » en une génération (que nous pouvons prendre comme égale à environ 25à 30 ans). Il suffit pour cela de jeter un coup d’œil sur les états qui ont collapsé aujourd’hui – Afghanistan, Somalie, Zimbabwe, Corée du Nord, etc et de les comparer à ce qu’ils ressemblaient il y a 30 ans et vous demander si le monde dans son ensemble pouvait supporter de telles crises que ces états nations ont supportées et s’il n’y avait aucun agent extérieur pour tenter de limiter la crise, à quoi ressemblerait le monde ? Pourrions-nous l’appeler un monde civilisé ?

Beaucoup dans cette question vient de la définition des mots « civilisations » et « effondrement ». Les cas paradigmatiques de civilisation étant complètement éteintes par des risques existentiels catastrophiques ExRisk rencontrerait sans ambiguïté ce standard, mais d’autres scénarios pourraient inévitablement conduire à un désaccord.

 

Et si ce n’était pas dans une génération que les affaires allaient sérieusement se mettre à déconner mais dans un horizon de 3 ou 6 ans maximum avec des probabilités respectives de 8% et 92 % ?

Comment pourrait-on alors interpréter cet événement catastrophique ? Certainement pas comme un ExRisk car même s’il provoque une saignée importante sur la planète, il ne conduirait pas me semble-t’il à une éradication complète et aurait plutôt les vertus d’un « RAZ » ou reset pour stopper l’inflation d’une orthogenèse hypertélique qu'est devenue la conjonction du consumérisme, du néolibéralisme et l’hyperinflation de l’EGO, des exponentielles qui mettent à mal aujourd’hui les conditions même de la vie ?

Peut-être observerions-nous tout simplement le déroulement d’une boucle de rétroaction qui, par un effet de balancier « renverrait la vapeur » dans le sens d’un « revoyez votre copie » si vous souhaitez évoluer en harmonie avec la vie !

Le cosmos vous attend mais pas n’importe comment. En quelque sorte la concrétion dans notre réalité d’une sorte d’unité qui s’exprimerait par des polarités conceptuelles et des méthodes structurales dans la multiplicité, fut-elle catastrophique, pour ouvrir d’autres cheminements, d’autres horizons qui ne se limitent pas à posséder, ni à être possédé mais bien plus à être au possible aidé pour passer le merdier.

Alors je crie et j’écris.

Prospective

Prospective

« Lorsque un injuste arrêt des dieux eut détruit l’empire de l’Asie et le peuple de Priam, lorsque fut tombé la superbe Ilion, et que la cité de Neptune eut jonché le sol de ses ruines fumantes, les oracles divins nous forcèrent à chercher au loin des lieux d’exil et des terres désertes. »

Virgile- Livre Troisième

 

Montra ce qu’il était, et lui donna la vie[1]

Aux fêtes des choses nouvelles[2]

Y déjeuner de rien, fumailler vite et tôt[3]

De son être extirper l’élément corrompu[4]

Ainsi que la vertu, le crime a ses degrés[5]

Ypérite[6]

Hommes, ici n’a point de mocquerie[7]

Et perdu pour l’univers[8]

Laissèrent s’écouler avec l’âme le sang ? [9]

Puisque la fièvre en rien n’a fait injure[10]

 

[1]Le lion et le rat- La Fontaine Fables.

[2] Les contemplations-Livre 4 ieme-Pauca Mea-Victor Hugo.

[3] âme te souvient-il, au fond du paradis – Verlaine.

[4] Spleen-Les fleurs du mal- Beaudelaire.

[5]Phèdre-Acte IV-Scène II- Racine

[6] Entropie-néant

[7]L’épitaphe de Villon

[8] Palme- Paul Valéry.

[9] Les Amants de Montmorency- Vigny.

[10] Pontus de Tyard

 

« Le positivisme se croit habile lorsqu’il reprend l’ancien adage et affirme, avec un sourire, qu’il faut vivre avant de philosopher. En réalité, il est simplement étourdi, puisqu’il ne voit pas que la vie humaine, dès qu’elle échappe à la pression absolue de l’instinct et se montre capable de réflexion, implique une philosophie : bien plus, elle est une philosophie en acte, puisqu’elle opère la synthèse des idées, des sentiments et des impulsions que le temps semble disjoindre et que l’analyse sépare. »

Prospective : Le progrès scientifique et technique et la condition de l’homme-Gaston Berger

Evanouissement.
Evanouissement.

Evanouissement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens