Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 19:24

Mars ne serait-elle pas la frontière d'un changement de paradigme à venir dans un proche avenir? Pour anticiper cette mise en orbite cosmique, j'ai conçu une approche sous forme d’une fusée à plusieurs étages que j’ai intitulée respectivement :

-1 Concordance des temps- Premier étage.

-2 Mars où la révolution martienne au sens de Copernic- Deuxième étage.

-3 La politique de l’autre et notre libre arbitre-Troisième étage.

 

Si cela pouvait nous faire décoller un peu de la surface de cette planète pour nous ouvrir aux réalités du cosmos…

 

Concordance des temps : En hommage aux docteurs Benveniste et Bounias qui ont dû subir aussi l’ostracisme et la vindicte d’une communauté bornée…et pourtant !

Par une concordance des temps dont seul Internet à le secret, il se trouve que vous trouverez les réponses à vos questions ici sur le blog d’un…pseudo sceptique convaincu[1].

qui commet un article particulièrement virulent sur la théorie du docteur Brandenburg et sur son auteur. Je résume, Paul Zachary (PZ Myers) dit ne rien connaître au domaine en question ce qui de l’empêche pas, lui le « défenseur de la science » et sans même prendre en compte les arguments du docteur Brandenburg de torpiller celui-ci sur la seule base que ce que raconte Brandenburg est trop « extraordinaire » et contrevient d’une certaine façon à l’ontologie dominante…Quelle argumentation! Un petit air connu ? Le ton est acerbe, la critique est agressive et le contenu totalement creux… le fameux Paul terminant sa prestation minable par une insulte : « He was a smart guy, now he’s just a screwball fruitbat. » littéralement « c’était un gars intelligent, maintenant c’est juste une roussette hurluberlue » !

Ce que notre pseudo sceptique n’avait pas anticipé, c’est que le bon docteur John Brandenburg vienne s’expliquer avec courtoisie et sans agressivité en apportant des faits ! Je me suis permise de ne traduire que les réponses de John et de résumer rapidement les échanges, critiques des intervenants notamment des pseudo sceptiques. Leurs champions pourront toujours traduire leurs interventions s’ils estiment que j’ai détourné leurs propos.

Commençons :

Les Interventions 1 et 2 respectivement de Nasdaq7 et Tim H sont très succinctes, une plutôt favorable à Brandenburg, l’autre évoquant de la science fiction, sans intérêt.

Intervention 3 :

John E.Brandenburh Madison WI 24 novembre 2014

Cher PZ Meyers,

Pourquoi ne lisez-vous pas

http://journalofcosmology.com/JOC24/Brandenburg.pdf

Vous êtes un biologiste, je suis un physicien des plasmas qui fut diplômé après 6 ans et demi d’études au Lawrence Livermore National Laboratory, un laboratoire dédié à la conception des armes nucléaires, travaillant dans le domaine de la fusion thermonucléaire contrôlée à la fois par confinement magnétique des plasmas et aussi du confinement inertiel (fusion par laser), qui conduisent fortement à la physique des armes nucléaires. Connaissez-vous la différence entre les signatures d’un « événement à neutrons rapides » et d’un événement à neutrons thermiques modérés et pourquoi une quantité importante de Xénon 129 est-elle apparue dans l’atmosphère terrestre à partir de 1945? Savez-vous pourquoi il n’y eut pas de cratère à Hiroshima et Nagasaki ? Savez-vous combien de temps a duré l’océan de Mars ? Je fus la première personne à proposer cette hypothèse,

http://en.wikipedia.org/wiki/Mars_ocean_hypothesis

Vérifier la référence du paragraphe 1.

Si vous essayez de trouver les réponses à ces questions, alors je tiendrai compte sérieusement de vos critiques.

Très sincèrement.

Intervention 4 :

Un certain S Harris s’adresse à PZ Meyers et fait remarquer avec juste raison le côté dogmatique de Meyers et les attaques ad-hominem. Il produit ensuite une critique sans concession de l’article de Meyers et de son site.

Interventions 5 et 6 assimilables à du trolling…

Intervention 7 :

John E.Brandenburh Madison WI 24 novembre 2014:

Cher PZ,

Je vous prie de m’excuser. Comme vous pouvez l’imaginer, trouver quelque chose comme cela et le dire aux gens est quelque peu stressant. Ce n’est pas une découverte réjouissante.

En gros :

L’atmosphère de Mars est chargée avec du Xénon 129, une signature d’une fission à neutrons rapides détectée dans notre atmosphère après le programme d’armes nucléaires, à la fois lors des tests nucléaires et lors de la production de plutonium avec des neutrons rapides ;

ses météorites les plus jeunes (180 millions d’années) contiennent des matériaux exposés à des neutrons de haute énergie supérieure à E> 10 Mev, ce n’est détecté dans aucune autre météorite martienne ;

La surface de Mars est couverte avec une couche contenant 10 fois plus de Thorium, Uranium et Potassium radioactifs que ce qui est contenu dans des météorites martiennes supposées provenir de rochers de Mars sous la surface ;

Une carte globale de la radioactivité met en évidence deux petites régions-une sur Mars Acidalium et l’autre sur Utopia Planum qui entoure la planète pour former un « dépôt aux antipodes » où l’onde de choc s’est visiblement rencontrée et a déposé des matériaux ;

Un réacteur nucléaire naturel, même âgé d’un milliard d’années, demande à être modéré comme sur la Terre, il ne peut produire des neutrons rapides, vous devez disposer de matériaux d’une qualité proche des armes pour cela car la section efficace pour la fission chute à très hautes énergies.

Tenant compte de tous ces éléments ensemble, il ne faut pas être sorcier pour imaginer que ces effets ne sont pas provoqués par un réacteur nucléaire naturel devenant instable et explosant, ce n’était rien de naturel.

C’était une bombe à hydrogène explosant dans l’atmosphère comme à Hiroshima et à Nagasaki, aucune d’elle ne provoqua de gros cratères, juste des destructions. Elles étaient entourées d’uranium naturel et de Thorium comme nos bombes à hydrogène, pour augmenter la puissance et les retombées radioactives.

Mars possède des vents de Coriolis comme sur Terre qui tendent à souffler du Sud-est au Nord. Ceux-ci ont dû transporter les retombées nucléaires dans le sens du vent.

Je peux lire une carte- Cydonia Mensa et Galaxias Chaos sont directement dans le sens du vent.

Ce qui est là est là.

Tout ceci est écrit dans le Journal de Cosmologie vol 24, publication 13 et est publié en ligne. Lisez le et vérifiez les références et les encadrés des images, tout est là.

http://journalofcosmology.com/JOC24/Brandenburg.pdf

Bien sincèrement

John Brandenburg.

Intervention 8 : Un certain Kevin remercie le bon docteur de ses précisions, reconnaît honnêtement ne pas être un expert et est perturbé par la prise de position de Brandenburg à propos du visage de Mars. Il s’interroge en parallèle sur le sérieux du journal de la cosmologie. Il exprime en fait son trouble devant le côté exotique des faits rapportés par Brandenburg et demande des précisions.

Intervention 9 : Un certain Narad donne le pédigré de Brandenburg ! C’est impressionnant et nous y reviendrons dans la seconde partie de cette intervention.

Intervention 10 : Un certain Chris rappelle que Hiroshima et Nagasaki étaient des bombes atomiques et non des bombes à hydrogène. Pinaillage pseudo sceptique. On a peine à croire que Brandenburg, avec le parcours qu’il a suivi puisse confondre ces deux types de bombes…il évoquait en fait l’exemple d’une détonation atomique atmosphérique, l’exemple de la Tsar Bomba aurait été certainement plus pertinent, mais voilà c’était russe et d’un point de vue populaire beaucoup moins connu !

Pas de cratère pour la Tsar bomba.

Intervention 11 :

John E.Brandenburh Madison WI 25 novembre 2014

Cher Kevin,

Merci à vous pour me donner l’opportunité d’expliquer mes vues et mes travaux.

Merci à vous pour cette occasion d’un débat raisonné. Vous m’avez demandé, pourquoi, comme je suis un scientifique, je parle de la présence d’artéfacts sur Mars à Cydonia Mensa et à Galaxias Chaos et pourquoi j’ai choisi le Journal de Cosmologie, un journal en ligne à référés pour publier mes recherches plutôt que Science ou quelques autres journaux reconnus de plus longue date. Laissez moi résumer brièvement mon raisonnement en ces matières :

En premier, commençons avec ce sur quoi on est d’accord. Le principe de médiocrité, qui soutient toute la démarche SETI, et qui a été la fondation de la science humaine depuis le commencement de la révolution scientifique. Il dit en gros, que la terre et l’être humain ne sont pas « spéciaux » ou miraculeux, mais qu’ils font partie d’un système physique général dans le cosmos. La Terre n’est pas le centre de l’univers mais simplement une partie de celui-ci, la race humaine est sur cette planète non pas par quelques miracles mais fait partie de quelques processus qui pourraient se produire sur n’importe quelle planète partout dans l’univers. Ceci signifie que la gravité à la surface de la Terre, faisant tomber les pommes, fait aussi que la lune orbite autour de la Terre etc.… Ce principe sous-tend SETI car il déclare que les produits des civilisations ET nous seront reconnaissables, que ce soit des signaux radio, ou des monuments immenses sculptés comme le Sphinx et les pyramides. En se basant sur le principe de médiocrité, nous nous attendrions à ne pas être seuls dans l’univers, et que d’autres civilisations devraient exister ailleurs.

Nous savons aussi, basé sur de bonnes preuves, que l’univers a approximativement 13 milliards d’années, alors que la Terre a seulement 4,5 milliards d’années, et tout ce qui est connu de l’histoire humaine est seulement une infime fraction de l’histoire de la Terre-200 000 années. Aussi nous pourrions nous attendre à ce que d’autres civilisations soient bien plus vieilles que nous dans le cosmos, et, comme nous, ont atteint la haute technologie et même le voyage spatial.

Ceci conduit au paradoxe de Fermi : Nous nous attendrions à ce que l’univers grouille de civilisations vibrantes et bruyantes mais c’est le silence. Ceci est particulièrement vrai si nous attendions, sous le principe de médiocrité, que d’autres cultures se conduisent comme nous le faisons, ou comme toute autre biologie sur cette planète le fait : En se répandant agressivement dans de nouveaux espaces de vie, sur d’autres planètes et d’autres systèmes solaires, et en étant bruyantes en faisant cela. C’est peut-être simplement une vue naïve, les émissions radio peuvent être une caractéristique des civilisations pendant un court moment de leur développement par exemple, mais d’autres signes devraient les remplacer. Mais à la place, nous avons un grand silence et un sentiment de solitude dans le cosmos.

Maintenant, passons à Mars. Mars est la première planète ressemblant à la Terre que nous pouvons explorer dans le cosmos. Nous avons des preuves importantes que Mars a eu de la vie à ses débuts (les météorites martiennes) et que cette vie continua, peut-être jusqu’à ce que les sondes Vikings aient atterri et aient testé le sol pour la présence de vie. Nous savons aussi que Mars a eu des rivières et un océan, signifiant qu’elle avait des températures et une pression atmosphérique similaires à la Terre. Nous savons que ceci peut se produire à partir d’un effet de serre similaire à celui de Venus. Nous connaissons aussi l’ancien lit de l’océan (je fus le premier à formellement faire cette hypothèse d’un océan dans les plaines du nord de Mars, vérifiez sur Wikipedia paragraphe référence 1). Cet océan signifie que Mars pouvait non seulement avoir de la vie mais aussi une biosphère. Mars est rouge, indiquant qu’elle avait une atmosphère riche en oxygène dans le passé. Regardez les photographies des déserts de la Terre depuis l’espace, ils sont aussi rouges vifs. Ceci est dû dans les deux cas à l’hématite, du fer à l’état d’oxydation ferrique. Sur Terre, le sol est rouge à cause de l’oxygène de l’atmosphère, Sagan proposa le même processus sur Mars dans le passé. Mars n’est pas seulement oxydée en surface, les sédiments exposés dans Vallis Marineris vont aussi profonds que 8 km et ils sont aussi rouges vifs. Donc Mars avait un océan et des rivières, de la vie et probablement de l’oxygène. La seule question est pendant combien de temps a-t-elle eu toutes ces choses? Avant qu’elle ne devint comme elle est aujourd’hui, froide et aride.

Aussi nous avons établi l’argument selon lequel la Terre et l’humanité sont « médiocres », normales dans l’univers. Nous avons aussi établi le point avec des preuves solides selon lequel Mars était comme la Terre pendant quelques temps.

La question est combien de temps ? Si Mars était comme la Terre pendant un million d’années ou moins, alors aujourd’hui nous n’attendrions rien de plus que des bactéries robustes sur Mars, car en se basant sur l’histoire « médiocre » de la Terre, il a fallu 4,5 milliards d’années de conditions d’eau liquide et de vie pour produire des formes de vie avancées. Cependant, si Mars était comme la Terre pendant des milliards d’années, peut-être 4 milliards, alors tous les enjeux sont possibles. La vie avancée sur la Terre est apparue soudainement, il y a 0,5 milliard d’années, pendant l’explosion du « pre-Cambrien » et évolua très rapidement. Nous ne connaissons pas ce qui a provoqué l’explosion Précambrienne. Aussi nous ne comprenons pas ce qui contrôle l’horloge biologique, des impacts, les radiations d’une supernova augmentant les taux de mutations? Mais disons, de façon purement hypothétique, qu’il faut des milliards d’années de vie sous les conditions terrestres pour permettre aux formes de vie avancées d’apparaître. Disons 3 milliards ou même 4 milliards.

Maintenant, combien de temps l’océan de Mars a t’il persisté, et avec lui, les conditions similaires à la Terre ? Un milliard d’années ou 4 milliards ? Sur ce nombre tourne tout le débat. Parce que si c’était 3-4 milliards d’années et Mars est aujourd’hui désertique et froide, nous nous attendrions, selon le principe de médiocrité à trouver les restes de formes de vie avancées, peut-être même d’une civilisation morte. Cependant, si Mars avait eu un océan pendant seulement un milliard d’années, à l’autre extrémité, nous trouverions seulement des bactéries sur Mars, et peu d’entre elles dans les conditions présentes.

La réponse est au centre des débats dans la communauté scientifique s’occupant de Mars. Mars a une personnalité partagée, la dichotomie de Mars, les régions du nord sont jeunes avec peu de cratères, les plaines du sud sont très vieilles. Ceci paraissait dans les datations des météorites de Mars, elles s’organisent en deux groupes, un groupe incluant ALH84001 est très vieux avec 4,5 milliards d’années. L’autre groupe est très jeune de un milliard à 0,2 milliard d’années avec la plupart très jeunes. Elles montrent toutes des signes d’une exposition à l’eau liquide. Ceci indique que le nord de Mars est très jeune. Cependant, la vue dominante, basée sur le comptage des cratères, est que le nord a quelques milliards d’années et que le sud a 4,5 milliards d’années. Le conflit entre les gens qui travaillent sur la météorite de Mars, qui mesurent l’âge des roches par radio-isotopes et qui obtiennent des âges récents de 0,5 milliard d’années en moyenne pour les plaines du nord, et les contours des cratères, qui estiment de 2 à 3 milliards d’années, constitue ce qui est appelé le Paradoxe de l’âge de Mars-Comment pouvez-vous obtenir des météorites jeunes à partir d’une vieille planète ? Willim Nyquist[2] a publié de façon extensive sur ce paradoxe. La réponse au paradoxe est que pour les contours du cratère on fait l’hypothèse que le taux de cratérisation est déduit de celui de la Lune, mais Mars est proche de la ceinture d’Astéroïdes. Si vous envisagez un taux de cratérisation quatre fois supérieur à la Lune sur Mars alors les plaines du Nord sont jeunes et ont 0,5 milliards d’années. Le fait que nous ayons bien plus de météorites martiennes en terme de nombre et de masse, que les météorites lunaires (météorites de la Lune) milite en faveur du fait que le taux de cratérisation de Mars doit être beaucoup plus important que celui de la Lune et aussi que le débat sur le paradoxe de l’âge réside à ce niveau. D’autres ainsi que moi même, nous proposons que le taux de cratérisation doive être revu à la hausse de façon à ce que les âges de la surface de Mars s’accordent avec les âges radiométriques. Mais c’est en débat et nous avons une grande réunion l’année prochaine à ce propos et je suis invité ! Aussi le débat sur l’âge de Mars se résume à un nombre, le taux relatif de cratérisation entre Mars et la Lune (où nous avons obtenu des roches d’endroits connus en nombre de cratères).

Aussi la durée de l’océan, et combien de temps la vie aurait-elle pu évoluer sur Mars, tout se résume à un nombre, le taux relatif de cratérisation entre Mars et la Lune. Si c’est une fois le taux lunaire alors Mars était comme la Lune pour la plus part de son histoire, si c’est 4 fois le taux lunaire, l’autre extrême, alors Mars était comme la Terre pour la plupart de son histoire, avec tout ce que cela implique pour l’évolution possible de Mars. La science martienne est comme toutes les sciences, une activité humaine sujette aux orthodoxies, aux passions et aux personnalités. Elle est aussi très conservatrice, comme toutes les sciences, modifiant ses courants dominants seulement après de longues analyses des données et des débats. C’est aussi en particulier très conservateur car Mars est la première ligne du débat sur la vie extraterrestre. Aussi, maintenant, pour le courant dominant le taux de cratérisation de Mars est fixé à 1 ou 2 fois celui de la Lune. Cependant, les âges des météorites sont consistants et militent pour un taux de 4 fois celui de la lune voir supérieur. Aussi il y a débat. Les gens deviennent plutôt passionnés dans ces débats et se traitent mutuellement de fous parfois.

Maintenant si la surface de Mars est jeune, que la vie est dans les météorites martiennes, alors l’océan de Mars et tout ce que cela implique ont duré plus de 4 milliards. Donc Mars était comme la Terre pendant cette longue période. Le climat de Mars alors changea de façon catastrophique pour être ce qu’il est aujourd’hui. Nous connaissons tout un tas de catastrophes qui pourraient conduire à ceci, nous voyons des preuves de celles-ci dans l’histoire terrestre. Cependant, si Mars était comme la Terre pendant 4 milliards d’années, la période qui s’accorde avec les âges moyens des jeunes météorites, aussi nous ne pouvons rien écarter sur Mars de ce que l’évolution a pu produire.

Donc, sous un taux de cratérisation de 4 fois celui de la lune et le principe de médiocrité, si je vois des choses sur Mars qui ressemble à des structures archéologiques érodées, je ne suis pas différent d’un scientifique qui trouve ce qu’il pense être des microfossiles dans les météorites martiennes ou un scientifique qui dit que l’Amérique du Sud et l’Afrique vont ensemble, l’origine de la tectonique des plaques.

Maintenant pourquoi je publie dans le Journal de Cosmologie ? Parce qu’ils acceptent des publications de ce type, ce qui n’est pas le cas des autres journaux. De plus, en étant en ligne, ils valident et publient rapidement, signifiant que mes données et arguments sont disponibles pour la communauté scientifique et qu’ils peuvent les lire-s’ils le désirent. Un autre journal plus reconnu auquel j’ai soumis le même article, s’est assis dessus pendant près d’un an sans rien dire, puis l’a rejeté avec une note laconique.

C’est donc en partie la seconde révolution copernicienne, la Terre détrônée du centre de l’univers biologique. Aucune révolution n’est un goûter, bien qu’elles commencent quelquefois comme des goûters.

Merci Narad de citer ma théorie de l’unification GEM. Cette théorie n’apporte aucune aide pour savoir si je suis dans le vrai à propos de Mars, toutefois, mon expression simple de « G » la constante gravitationnelle, publié pour la première fois en 1987, demeure l’expression la plus simple et la plus précise dans la littérature et est juste jusqu’à une partie par millier- dans le cadre de l’erreur expérimentale alors que les mesures expérimentales sont si difficiles.

Merci à vous tous pour me donner l’opportunité d’entreprendre un débat de façon raisonnée et documentée. Je vous engage tous à rechercher sur la toile et vérifier mes déclarations concernant le débat sur l’âge des météorites de Mars, qui est le débat au cœur de toute cette affaire de Mars.

Intervention 12 : Un internaute passionné Andrew McAtee signale que le PDF de la publication n’est pas disponible.

Intervention 13 : Geekoid, un pseudo sceptique intervient avec agressivité et pétitions de principe…En fait il n’a aucun argument précis si ce n’est celui de la négation et du dogme. Il agresse le bon docteur, souligne son ignorance et mentionne des experts qui l’auraient contredit sans jamais les citer bien entendu. La foutrerie pseudo sceptique dans les faits, les Torquemadas du système!

Intervention 14 :

John E.Brandenburg

Madison WI Novembre 27, 2014.

Cher Andrew,

Merci de votre intérêt pour les données réelles et leur interprétation. Le site du Journal de la cosmologie s’est planté à cause d’un trafic trop important concernant mon article, ils travaillent pour le rétablir à nouveau.

Envoyez moi un email à spaceranger137@yahho.com et je peux vous envoyer l’article en pré impression. Comme pour Geekoid, je vous encourage à lire J.E.Brandenburg (1995) « Contraintes sur le taux de cratérisation Martien basées sur les météorites SNC et les implications pour l’histoire climatique de Mars » Terre Lune et Planètes 67 : p35-45[2]. Et les travaux de NYquist sur le paradoxe de l’âge des shergottites.

Joyeux Thanksgiving

John Brandenburg.

Intervention 15 : Un certain Mike interpelle à nouveau Brandenburg. A la lecture on comprend qu’il fait partie de la même clique pseudo sceptique, Kevin, Geekoid et d’autres à venir. Il n’amène rien sur le fond (et apparemment il n’a pas lu l’intervention de Brandenburg, du classique) mais pire il évoque les théories de la conspiration pour faire dérailler les débats. Il bombarde de questions, etc. Le ton est agressif, inquisiteur, etc. Un monument de mauvaise foi qui va se faire ramasser par le bon docteur comme il se doit…

Intervention 16 :

John E.Brandenburg

Madison WI Decembre 1, 2014

Cher Mike,

Je voudrais voir vos hypothèses publiées dans une revue respectable à comité de lecture. Alors je les commenterai.

Intervention 17 : Un certain Hank Roberts. Sans intérêt. Dans la lignée de l’intervention 16…

Intervention 18 : Chris Barrell. Il note avec pertinence l’agressivité dont font preuve les contradicteurs de Brandenburg et évoque l’inanité des critiques consistants à accuser le docteur de vouloir vendre son bouquin. Son intervention mérite le détour.

Intervention 19

John E.Brandenburg

Madison WI USA

Décembre 3, 2014.

Cher Chris,

Merci pour les mots aimables. L’article que j’ai publié, était peut-être trop vaste dans sa perspective, je l’admets. Cependant, nous avons à faire avec le futur de l’humain dans le cosmos, qui est un vaste sujet. Aussi j’ai décidé de pécher du côté de la perspective « cosmique ». Plusieurs de mes collègues suggérèrent que je devais séparer le paragraphe sur les isotopes nucléaires et le publier comme un article isolé, mais j’ai été actif dans la recherche sur Mars depuis assez longtemps pour savoir que la biologie et SETI font de l’ombre à tout ce qui est trouvé sur la planète Rouge, aussi j’ai décidé de m’occuper de ces questions de plein fouet.

Nous devons remercier cet « anglais infernal H.G.Wells et son neveu Orson pour cette situation dans les sciences martiennes.

Les sites des explosions apparaissent corrélés en effet avec les deux sites possibles d’archéologie érodée. Cette corrélation est évidente pour quiconque est capable de lire une carte, un talent assez rare à l’époque du GPS, mais toujours utile. Donc, j’ai discuté la corrélation et son sens. Cette hypothèse est vraiment conforme aux avertissements de Steven Hawking concernant l’intelligence extraterrestre.

Alors, pour les problèmes de style ou de présentation, je devrai licencier toute mon équipe éditoriale. Peut-être que si j’avais fait allusion au Daleks (« Exterminer ! ») du docteur Who, ceci aurait donné plus de dignité à mes idées? (L’orthographe est moins un problème, étant donné un plus large éventail de littérature). Je pense, quelquefois, que nous jouons tous des rôles dans un film de science fiction. Plus heureux que la plus part, selon moi.

A propos, les visages sont«tournés vers le haut » car il est impossible de construire un visage de la taille d’un kilomètre faisant face dans toutes les directions. Quelques uns de mes collègues ont aussi suggéré que l’orientation des visages et leurs expressions suggéraient aussi « une certaine animosité envers quelqu’un dans le ciel » évoquant une dispute de longue date avec des intelligences « Extra-Ariennes ». Si mon hypothèse de travail est correcte, les preuves d’une telle dispute de longue date entre Mars et quelqu’un d’autre, sont peut-être enterrées dans les ruines de Cydonia et Galaxias.

Trinité.

Trinité.

Des sols vitrifiés, gravé avec de l’acide, ont été trouvés sur les sites des explosions hypothétiques, mais nulle part ailleurs sur Mars. Ce minerai ressemble à la « trinite », le mélange de verre fondu sur le site des explosions nucléaires. Aussi je considère que mon hypothèse est soutenue par de nouvelles données. Cependant, tout ce que l’on trouve sur Mars, une grande planète diversifiée, peut être expliqué avec plusieurs mécanismes possibles. En tant que scientifique, j’ai simplement choisi ce que je pensais être l’hypothèse la plus simple étant donné la totalité des phénomènes dont je suis au courant. Ces données et leur interprétation furent rapportées au département de la défense des Etats Unis quand je les ai découverts, après y avoir murement réfléchi pendant six mois, ils suggérèrent que je les publie. C’est eux, plutôt que la NASA, « dont sur les bureaux je faisais des bonds de cabri » figurativement qui acceptèrent que je soulève la question publiquement.

Dans tous les cas, je vous remercie vraiment de lire cette publication et de commenter son contenu.

Sincèrement.

John Brandenburg.

 

Intervention 20 : De France ! Cocorico. Un certain Nils trouve les propos de Brandenburg à la fois rationnels et subjectifs. Il n’apporte rien à la question et démontre un attentisme certain. Mais en science ne faut-il pas aussi mouiller un peu sa chemise et procéder soi même à des recherches et des vérifications…

 

Intervention 21 :

John E.Brandenburg

Madison WI

Décembre 4, 2014.

 

Cher Nils,

Comme je l’ai dit, je choisis « l’hypothèse la plus simple pour expliquer la totalité des données, étant donné le phénomène dont je suis au courant. Dans cette analyse, j’ai inclus les phénomènes créés par la vie intelligente car je ne pense pas que nous soyons seuls dans l’univers, et je ne pense pas que nous sommes la seule espèce à avoir développé le voyage dans l’espace. Ceci dit, j’évoquerai brièvement les hypothèses alternatives que j’ai considérées, et même un certain temps, embrassées.

L’anomalie du xénon 129 était le départ de la recherche. C’est unique à Mars, le vent solaire, Jupiter, la Terre et la moyenne des gaz extraits des météorites les plus anciennes, les chondrites carbonées, dont la composition globale correspond de façon très proche à la composition des éléments solaires, tous donnent environ la même distribution des isotopes de Xénon avec une tenue en Xénon 129 et Xénon 132 pratiquement équivalente. C’est considéré comme la composition originale des éléments et des isotopes de la nébuleuse solaire, elle-même créée des restes mélangés des supernovae qui ont précédé la formation de notre système solaire. Pourquoi Mars aurait autant de Xénon 129 dans un rapport de 2,5 fois plus que le Xénon 132? C’est une planète, non quelques météorites isolées. Le Xénon 129 peut venir de la décomposition de l’iode 129 avec une période de demi vie de 16 millions d’années environ. Une fois que l’on pouvait imaginer que Mars à reçu quelque peu une grande quantité d’iode 129 lors de sa formation et celle-ci se décomposa et dégaza. En d’autres mots Mars était peut-être simplement un cas particulier dans le système solaire. Cependant, Mars a aussi une quantité très importante d’Argon 40, le produit de la décomposition du Potassium 40 qui a un période de demi vie bien plus longue de 1,3 milliards d’années. Mais les roches martiennes (les météorites) montrent que Mars a beaucoup moins de potassium que la Terre, et aussi de Thorium et d’Uranium. Aussi, pour expliquer l’excès d’argon 40 par rapport à l’argon primordial 36 ils firent l’hypothèse que l’atmosphère précoce de Mars fut perdue par un gros impact, aussi l’argon 40, qui s’échappa plus tard compte tenu de la différence entre les demi vies du K40 et de l’I 129 a pu dominer. C’est une belle idée, cependant, tout le xénon 129 aurait alors fait parti de l’atmosphère précoce et aurait été alors perdu lui aussi. Aussi la double anomalie en Argon 40 et en Xénon 129, avec des différences de temps de dégazage extrêmement importantes, signifie que les scénarios de la perte de l’atmosphère précoce ne marche pas. Les anomalies en Xénon et en argon doivent être dues à quelques autres évènements, une irradiation de Mars par des neutrons que produit par exemple un événement de fission. La même chose se passe pour le schéma global des débris de thorium et de potassium, c’est une couche de surface, car la surface de Mars montre dix fois plus de ces éléments que ses roches (les météorites de Mars). Alors peut-être qu’un réacteur nucléaire naturel massif de Mars a fonctionné, puis quand il fut instable a explosé. De tels réacteurs ont opéré sur Terre, j’ai aimé cette hypothèse.

Cependant, le Xénon 129 en excès est aussi la signature d’une réaction de fission à neutrons rapides, et pas celle d’un réacteur nucléaire modéré par l’eau comme tous ceux naturels qui ont existé sur Terre. Aussi, si un tel réacteur explosait, il aurait laissé un cratère massif comme l’impact d’un astéroïde. Donc, les réacteurs nucléaires naturels ne correspondent pas aux faits.

Dans les mots de Sherlock Holmes, « une fois que vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, même si cela paraît improbable, doit être la réponse ». Une bombe à hydrogène massive, entourée d’Uranium et de Thorium pour augmenter sa puissance et les retombées radioactives et qui a explosé dans l’atmosphère au dessus de Mare Acidalium pour augmenter le souffle et les retombées rend compte de tous les faits que nous avons vus. Une plus petite explosa au dessus de Utopia Planum rend compte des données restantes. Pourquoi ? Si celles-ci furent des engins construits intelligemment, l’engin d’Acidalium était aussi grand que l’Empire State Building, pourquoi quelqu’un aurait-il fait un tel truc ? La réponse réside dans une autre question : Qu’est ce qui est dans le sens des vents et donc qui reçut la plus grande part des retombées et de l’effet de souffle ? La réponse est Cydonia Mensa et Galaxias Chaos. Et ce qui est, est.

Aussi ceci fut en premier rapporté au Pentagone et puis publié une fois qu’ils donnèrent leur approbation. Donc, vous êtes tous maintenant informés du comportement possible de la vie intelligente vers d’autres vies intelligentes dans le cosmos. Ceci s’est produit dans le lointain passé heureusement.

Dans un cosmos silencieux, cependant, nous sommes en train de faire beaucoup de bruit. Peut-être que nous devrions faire des recherches sur Mars de façon plus urgente et commencer le processus d’exploration de l’espace, ainsi nous connaîtrons exactement de façon la plus détaillée de ce qui est humainement possible ce qu’il se produisit sur Mars, voilà la façon dont je suis arrivé à cette « hypothèse de travail ».

Ecrivez à la NASA et à votre délégation du Congrès si vous pensez que ceci devrait être étudié plus à fond.

Très sincèrement.

John Brandenburg.

 

Intervention 22 :

Un certain Dean clôt le débat dans la foutrerie, sa marque de fabrique sans doute…

 

La possibilité d’ajouter des commentaires est désactivée. A aucun moment, le courageux PZ qui a publié ce torchon polémique n’est intervenu pour débattre avec le docteur et répondre à ses arguments, lui qui se dit le « défenseur » de la science et de la rationalité, c’est assez cocasse…

Rappelons succinctement les faits et questions qui ont conduits le docteur Brandenburg à établir son hypothèse :

1- Pourquoi l’atmosphère de Mars présente-telle un ratio Xénon 129 /Xénon 132 2,5 fois plus élevée que le reste du système solaire ?

2-Pourquoi l’atmosphère de Mars a un excès d’Argon 40 par rapport à l’Argon primordial 36 ?

3-Pourquoi la couche superficielle de Mars présente t’elle une teneur 10 fois plus importante en Thorium, Uranium et Potassium que son sous-sol ?

4-Pourquoi trouve t’on des sols vitrifiés, du minerais ressemblant à de la « trinité » sur les deux spots identifiés par le docteur Brandenburg mais nulle part ailleurs sur Mars?

5-Pourquoi les météorites les plus jeunes de Mars (180 millions d’années) contiennent des matériaux exposés à des neutrons de haute énergie supérieure à E> 10 Mev, qui ne sont détectés dans aucune autre météorite martienne.

6-Pourquoi une carte globale de la radioactivité met en évidence deux petites régions-une sur Mars Acidalium et l’autre sur Utopia Planum qui entoure la planète pour former un « dépôt aux antipodes » ?

7-Comment expliquer la distribution bimodale des âges des terrains martiens, la moitié sud de mars présentant une datation de 4,5 milliards d’années et la partie nord présentant un âge beaucoup plus jeune 0,2 à 1,3 milliard d’années ?

8-La couleur rouge de mars est révélatrice d’une présence importante d’hématite, oxyde ferrique. D’où est sorti l’oxygène et pourquoi Mars est oxydée en surface et en profondeur ?

​9-Quel est le taux de cratérisation de Mars par rapport à la lune?

10-Est-il proche de 4 fois le taux lunaire au lieu de 1 ou 2 fois tel qu’initialement supposé et répondant aux récentes météorites martiennes découvertes, NWA 7034 et ses sœurs[5] [6]?

11-Comment expliqué les sédiments martiens trouvés dans la météorite ALH84001 ainsi que ceux retrouvés sur près du cratère Gale ?

12- A quelle date les océans supposés de mars ont-ils disparu ?

13-etc.

 

 

Je ne dis pas que l’hypothèse du docteur est la bonne mais force est de constater quelle colle de façon presque parfaite aux faits. Car ici, contrairement à la foutrerie rationaliste qui pour construire ses explications « rationnelles » (son conte de fées rationaliste) d’un fait inconnu doit conjuguer les conjonctions de coordination, ici nous avons une inversion complète, une seule hypothèse explique de nombreux faits! Donc la question n’est pas de savoir qui trole ou ne trole pas mais bien plutôt de répondre aux différentes questions du bon docteur en proposant une autre explication…ou pas.

Je pourrais par exemple changer de casquette, consulter la publication « Impact regimes and post-formation sequestration processes: implications for the origin of heavy noble gases in terrestrial planets » [4], constater qu’une anomalie de Mars est justement de présenter une déficience en gaz nobles par rapport aux autres planètes telluriques et, pour faire le lien avec le sujet à l’ouverture de ce fil, me demander si cette observation capturée par Hubble qui nous est contemporaine ne serait pas le reflet d’un mécanisme inconnu que nous aurions tout intérêt à expliciter si l’on fait un parallèle entre le devenir de Mars et peut-être celui de la Terre…

Je vous laisse réfléchir.

 

2 Mars où la révolution martienne au sens de Copernic- Deuxième étage :

 

Mais qui est donc le docteur Brandenburg? Pour vous rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un obscur scientifique qui chercherait la célébrité en donnant dans l’exotique, il suffit par exemple de jeter un coup d’œil sur ces publications. C’est proprement impressionnant et hallucinant. Allez par exemple ici, sur la banque de données d’astronomie et de physique :

C’est un scientifique accompli avec des travaux que l’on pourrait qualifier de véritables gemmes, de quoi flirter avec le Nobel notamment avec sa théorie GEM (Gravity Electro Magnetism), théorie d’unification! Et surtout cela « poynte » [8] [9] vers, devinez quoi… le voyage interstellaire ! Ceci pourrait peut-être expliquer la sensibilité particulière de Brandenburg avec SETI et la question extraterrestre. Si vous avez des éléments vous permettant d’approcher comment pourrait-être franchi la barrière luminique, alors c’est un peu comme se munir de jumelles pour voir un paysage. Vous ne voyez plus du tout la même chose…

Je vous suggère d’aller faire un tour sur le site suivant :

Jetez un coup d’œil en haut à gauche de l’écran.

Puis pour les anglophones, écoutez l’interview. Les références sont impeccables, Tesla, Kaluza-Klein, Sakharov, etc. Vous comprenez alors que là on ne rigole plus, que c’est du sérieux, du pointu et on en vient à se demander si une certaine crypto science[10] ne s’est pas développée en marge de la société civile, le bon docteur jouant le rôle « d’interface » entre « des mondes technologiques » qui ont divergé. Et même l’allusion aux technologies développées dans les années 30 et la référence à la période Nazi posent plus de questions qu’elles ne décrédibilisent le sujet.

L’argument de faire le buz pour vendre un bouquin apparaît alors totalement fallacieux, mais il demeure toutefois une question de fond : Pourquoi un savant de ce calibre, avec les références qui sont les siennes se risquerait-il dans un sujet aussi glissant quant à ce passé de Mars et ces hypothétiques bombes atomiques, sujets nuisant à sa notoriété et à sa carrière dans la « conformité ambiante »? Peut-être faut-il considérer son parcours professionnel et ses origines comme la possible explication et notamment son parcours qui fait de lui un acteur issu du complexe militaro industriel. On ne rentre pas comme cela au Lawrence Livermore National Laboratory et il est, comment dire, connecté. D’ailleurs dans les réponses qu’il a données dans les échanges sur le blog sceptique et que j’ai traduites dans le paragraphe concordance des temps, un point m’a particulièrement interpelé, sa référence à plusieurs reprises au département d’états américains et au Pentagone, mentionnant bien qu’il avait publié ses travaux sur son hypothèse des bombes nucléaires en ayant au préalable demandé au Pentagone une autorisation qu’il reçut. En fait, j’ai l’impression que l’on nous dit quelque chose et si vous suivez le raisonnement du docteur, il mentionne un point qui je pense est extrêmement important et qui concerne une révolution à venir. Celle qui consiste à découvrir avec preuve à l’appui à partir de Mars que la vie a pu se développer ailleurs que sur la Terre et évoluer. Je reprends ses termes : « C’est donc en partie la seconde révolution copernicienne, la Terre détrônée du centre de l’univers biologique» et cette révolution nous est contemporaine et va se produire avec Mars. Elle débouche alors sur un cosmos grouillant de vie où nous sommes loin d’être l’espèce la plus intelligente, ni la plus avancée et où fourmillent les extraterrestres qui sont en fait déjà là et dans lesquels vous trouvez de tout, des indifférents à la vie humaine et à sa civilisation, des bienveillants et des nocifs le tout intervenant plus où moins dans notre quotidien…A ce titre une réponse donnée par ce même docteur à Jessie Ventura sur un autre blog est assez explicite :

Message de John Brandenburg-Date : 22 Octobre 2011, 15h21 :52 réponse au message

« Pour Jessie Ventura-La guerre avec les Ets ? Fait ou Fiction ?

 

Mes amis, je suis d’accord avec la proposition de Jack, une façon de transcender les distances interstellaires à basse de basse énergie, le warp drive (littéralement propulseur par déformation) comme dans Star Trek, est définitivement possible, et ceci pourrait aussi expliquer les OVNIs, mais pas pourquoi ils voudraient mutiler le bétail et enlever des femmes lorsqu’ils sont là. Ceci demande des pensées plus profondes- Commencer avec la question de pourquoi des humains font de telles choses. Ceci signifie aussi que les occupants des OVNI ne sont peut-être pas aussi puissants que les gens les imaginent-aussi une puissance galactique de troisième ou second rang pourrait voyager ici aisément. Quelques uns avec qui nous commerçons peut-être, de la racaille extraterrestre. Si vous voulez voir un film qui explique toute la question extraterrestre et qui inclut les enlèvements par les aliens, les bases souterraines et les traites humains, qui sont tellement fascinés par la technologie extraterrestre qu’ils pensent qu’ils sont comme des dieux- vous devriez regarder « Les mystérieux » un film japonais de 1957. Il a été réalisé par Honda qui a réalisé Godzilla. http://en.wikipedia.org/wiki/The_Mysterians

 

Une fusée à trois étages-Bonne année 2016

En le regardant, vous pourriez imaginer tout le champ OVNI comme si c’était le résultat de quelqu’un voyant ce film puis prenant du LSD. Toutefois, ça n’est pas ce qui se passa réellement- ce qui signifie que les réalisateurs du film semblent devoir faire partie d’une sorte de « révélation d’informations calibrées »- amenant le public doucement à accélérer par la révélation d’informations qui sont en elles-mêmes vraies, mais travesties en science fiction. Une idée ! Faisons en sorte que nos propres équipements modifient la géométrie de l’espace temps !

Voilà, dans un cosmos qui semble grouillant de vies, la première qualité d’une intelligence ayant compris son environnement est donc…la discrétion, aussi n’est-il pas étrange que nous n’ayons rien détecté de probant (encore qu’il faut ne pas être très regardant…). Mais la perspective d’une civilisation hyper bruyante (comme la Terre) attirant l’attention de beaucoup de monde aux alentours est l’assurance finalement de se rencontrer en toute sécurité. Quant aux humains, spectateurs inconscients de cette activité, ils sont au mieux quantité négligeable ou sujet d’étude mais peut-être aussi une espèce à cannibaliser (au sens figuré je l’espère mais finalement ce n’est pas bien différent..) etc au gré des visiteurs potentiels et de leurs relations. Le bon docteur n’est pas le seul à nous mettre en garde. Il semblerait que d’autres sources plus exotiques le font de façon plus soutenue depuis quelques temps.

Science fiction que tout cela, peut-être ou peut-être pas mais force est de constater que ce bon docteur Brandenburg est tout à fait atypique, curieux, c’est le moins que l’on puisse dire et il est difficile de le traiter d’allumé, son parcours, sa carrière, ses publications… sont impeccables et ses propos sont à la fois pointus et décoiffants. Je pense que nous aurions tord de traiter ce qu’il nous dit par dessus la jambe.

 

3 La politique de l’autre et notre libre arbitre-Troisième étage.

Ce qui m’amène au dernier étage de cette fusée que l’on pourrait aussi intitulé prospective et devenir. Je ne prétends en aucune façon avoir raison, j’essaye simplement d’analyser la matière qui nous a été donnée et de poursuivre mon raisonnement. Un des points qui me dérange dans les propos de John Brandenburg, c’est de considérer nos visiteurs comme des liquidateurs potentiels. Compte tenu de sa proximité avec le complexe militaro industriel, je ne peux m’empêcher de penser que cette projection de l’ennemi en dehors de notre planète, faire de l’autre l’ennemi, est l’expression d’un champ quasi « infini » du développement totalitaire, une extension de la machine de guerre et une façon d’exporter nos « démons » bien terrestres dans l’espace. Après le terrorisme généralisé qui conduit au totalitarisme planétaire, puisque dans cette logique tout un chacun est un ennemi potentiel, le côté liberticide des lois n’étant là que pour nous protéger de nous mêmes…les extraterrestres constitueraient la dernière pièce au tableau, une ultime frontière, une sorte de mobilisation des humains [11] quelles que soient leurs origines pour lutter contre de méchants envahisseurs et protéger la planète. N’observerions nous pas alors à travers cette histoire de bombes atomiques et de Mars, les prémisses d’une propagande de guerre en train d’être implantées dans notre inconscient collectif, preuves à l’appui ? Bien entendu nous en serions encore qu’au tout début, au stade du ballon d’essai de cette future guerre contre les« aliens », ou du moins contre certains mauvais aliens, car d’autres, sans arrières pensées (la racaille ET ?)…seraient prètes à aider nos oligarchies criminelles fascinées par cette technologie exotique et leurs perspectives. Dans ces deals obscurs engageant notre devenir et auxquels la majorité inconsciente est totalement ignorante, nous serions traités comme quantité négligeable, du bétail humain en quelque sorte.

La déshumanisation qui se développe sur cette planète à la vitesse grand V devrait peut-être nous alerter, nous interpeler et cette course vers la technologie sans contre feu éthique qui devrait déboucher sur une humanité augmentée à coups de transhumanisme et d’implants ne constitue t’elle pas finalement les futurs barreaux de nos prisons corporelles sans âme et d’un univers carcéral dont la seule perspective sera le néant entropique, fut-il éternel?

Plutôt que d’écouter les sirènes du progrès nous vendant un avenir meilleurs (demain on rase gratis) et de se projeter dans un matérialisme hypertélique, ne serait-il pas plus pertinent d’exploiter les ressources dont l’être humain dispose déjà mais qu’il a visiblement enterrées. Se ressouvenir par exemple que nous disposons d’une intelligence imaginale, cette intelligence dont la fonction cognitive de l’Imagination lui est ordonnée et qui nous permet de VOIR « ce monde intermédiaire, mundus imaginalis, c’est un monde dont le niveau ontologique est au-dessus du monde des sens et en dessous du monde intelligible pur ; il est plus immatériel que le premier et moins immatériel que le dernier »[12]

N’est ce pas là l’expression pleine et entière de notre libre arbitre et une façon de CHOISIR les routes de notre devenir qui ne seront certainement pas celles de quelques fous qui se croyant être supérieurs à la majorité, livrent leurs âmes au « diable ».

 

Nous faisons corps avec notre biosphère, notre système, c’est en quelque sorte notre aura magnétique, celle qui nous caractérise, celle de notre planète, de notre étoile[13], de notre système etc, et celle-ci comme tous les systèmes de la galaxie contribue à l’existence collective, au profond mécanisme de la vie dans une mécanique hypercomplexe d’interpénétration fractale dont chaque espèce consciente constitue une pièce du puzzle. Si « être » c’est « vivre », alors «vivre » constitue ces liens rétroactifs activant les fonctions modales des essences à travers la connaissance, connaissances de l’être conscient qu’il obtient et cultive dans son être au monde culturel, être-le-monde par la matrice, le créateur, mais aussi la connaissance de la matrice, du créateur qui s’auto génère par une épiphanie de la vie à travers l’être conscient qui se réalise.

 

Dans la société anxiogène que l’on nous construit en utilisant la peur comme le moteur de notre domination afin de mieux nous asservir, nous disposons, comme tous les êtres conscients de ce cosmos d’une arme d’une puissance phénoménale et elle s’appelle le pouvoir imaginal de notre conscience. Plutôt que de le laisser endormi en attendant les chaînes qui nous conduirons à la caverne du néant, je vous propose de l’activer pour construire l’histoire que nous aurons choisie, ou du moins essayée de choisir, une histoire en harmonie avec la vie et le cosmos où l’émergence est la règle.

 

La résistance passe par la connaissance.

 

BONNE ANNEE 2016 et que la force imaginale soit avec vous.

 

[1]

https://fr.wikipedia.org/wiki/PZ_Myers

 

[2]

Constraints on the Martian Cratering Rate Based on the SNC Meteorites and Implications for Mars Climatic History

http://link.springer.com/article/10.1007%2FBF00613288#page-1

 

[3] Les références sont toutes impeccables, c’est du lourd !

Laurence E Nyquist, Planetary Scientist

http://ares.jsc.nasa.gov/personnel/bio.cfm?BioId=23

He has been a Principal Investigator in NASA's Cosmochemistry and Origins of Solar Systems Programs, and is currently a Principal Investigator in NASA's LASER (Lunar Advanced Science and Exploration Research) and MFRP (Mars Fundamental Research) Programs.

Nyquist L. E., Bogard D. D., and Shih C.-Y. (2001) "Radiometric chronology of the Moon and Mars." The Century of Space Science, Chap. 55, pp. 1325-1376 Kluwer Academic Publishers

 

[4] http://arxiv.org/pdf/1002.4819v1.pdf

Impact regimes and post-formation sequestration processes: implications for the origin of heavy noble gases in terrestrial planets

 

[5] http://www.hou.usra.edu/meetings/lpsc2015/pdf/2799.pdf

The NMS (New Mars Synthesis), Recent Data from Gale Crater and NWA 7034: Evidence for a Persistent Biologically Stabilized Greenhouse on Mars

 

[6] http://www.hou.usra.edu/meetings/lpsc2014/pdf/1143.pdf

Meteorite NWA 7533, the Confirmation of the CI-Mars Hypothesis, and The Mars Age Paradox

 

[7] http://www.lpi.usra.edu/meetings/lpsc2011/pdf/1097.pdf

EVIDENCE FOR A LARGE, NATURAL, PALEO-NUCLEAR REACTOR ON MARS.

 

[8] Sur John Henry Poynting et la compréhension de la pression de radiation

Contributions of John Henry Poynting to the understanding of radiation pressure

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3390789/

 

[9] The Murad-Brandenburg Poynting Field Conservation Equation and Possible Gravity Law

http://www.americanantigravity.com/files/documents/The-Murad-Brandenburg-Eq.pdf

 

[10] Ce qui donnerait par ailleurs du crédit au « pentateuque » de notre bon Charlie James Hall et son Millenial Hospitality dont l’histoire serait à prendre comme un récit relatant des faits vécus plutôt qu’une histoire de science fiction romancée.

Voir aussi les révélations récentes de Laura Magdalena Eisenhower, et oui, la petite fille du célèbre président US. Un peu salade de fruits mais finalement du même acabit que le film Japonais…

[11] Voir notamment les propos de Reagan. Mais il y en a eu d’autres. Les présidents et la question extraterrestre vue selon la lorgnette US :

[12] Mundus Imaginalis ou l’imaginaire et l’imaginal par Henri Corbin.

« L’imagination active est le miroir prééminent, le lieu épiphanique des Images du monde archétypal ; c’est pourquoi la théorie du mundus imaginalis est liée à une théorie du savoir imaginatif et à une fonction imaginative—une fonction vraiment centrale et médiatrice, du fait de la position médiane et médiatrice du mundus imaginalis. C’est une fonction qui permet à tous les univers de se symboliser l’un avec l’autre (ou d’exister dans une relation symbolique l’un avec l’autre) et qui conduit à nous les représenter expérimentalement, que les mêmes réalités substantielles prennent formes correspondant respectivement à chaque univers. C’est la fonction cognitive de l’Imagination qui permet l’établissement d’un savoir analogique rigoureux, échappant au dilemme du rationalisme courant, qui laisse seulement un choix entre les deux termes d’un dualisme banal : soit « la matière » ou soit « l’esprit », un dilemme que la « socialisation » de la conscience résout en lui substituant un choix qui n’est pas moins fatal : soit « l’histoire » ou le « mythe. » »

 

[13] Stars Have Magnetic Personalities

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens