Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 19:47

La diversité des exo planètes est stupéfiante, il n’y a pas d’autre mot. A l’image de cet univers que l’on découvre à travers l’infime trou de serrure de nos instruments. La diversité est inimaginable, elle devrait révolutionner nos conceptions.

Cette représentation montre plus de 500 exo planètes découvertes avant octobre 2015 (environ ¼ de toutes les exo planètes déjà découvertes), classées selon leur température et leur densité, montrant l’incroyable variété de tous les mondes extraterrestres. De nombreuses classes d’exo planètes sont montrées sur le graphique, comme les supers terres, les Jupiters chaudes, les Neptunes chaudes, les mondes océans, les naines gazeuses ou les planètes diamants super denses. Toutes les représentations sont basées sur le rayon et la température estimés de la planète, cependant tous les autres facteurs, tels que la densité, l’âge ou la métallicité stellaire sont aussi prises en considération. Ces représentations sont supposées être aussi précises que possible, cependant la vraie nature des exo planètes représentées pourrait être tout à fait différente.

Cette représentation montre plus de 500 exo planètes découvertes avant octobre 2015 (environ ¼ de toutes les exo planètes déjà découvertes), classées selon leur température et leur densité, montrant l’incroyable variété de tous les mondes extraterrestres. De nombreuses classes d’exo planètes sont montrées sur le graphique, comme les supers terres, les Jupiters chaudes, les Neptunes chaudes, les mondes océans, les naines gazeuses ou les planètes diamants super denses. Toutes les représentations sont basées sur le rayon et la température estimés de la planète, cependant tous les autres facteurs, tels que la densité, l’âge ou la métallicité stellaire sont aussi prises en considération. Ces représentations sont supposées être aussi précises que possible, cependant la vraie nature des exo planètes représentées pourrait être tout à fait différente.

Histoire sans parole.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tchargal 06/11/2015 23:27

Tiens, me suis-je dit en voyant cette petite animation, ça c'est pour M51 !
https://lh3.googleusercontent.com/-bXc0HafM8co/Vi0ptZYqm2I/AAAAAAAFv1E/44u6eBBeGmw/w426-h239/sponge.gif

M51 07/11/2015 10:24

Effectivement, c'est pas mal. Merci de penser à moi.

leXav 06/11/2015 12:41

Je tire une carte au hasard ?

leXav 08/11/2015 18:54

En effet je ne l'avais pas cités mais la page est intéressante également.

M51 08/11/2015 17:11

Merci leXav. Effectivement. Je me suis permise d’ajouter la page 99 :

« Une deuxième lune sur la montagne du cheval blanc 1977
En ce mois d’août, Jean-Louis A…, et Patrick B…, se sont installés dans leur cabane sur la montagne du Cheval-Blanc afin d’y passer la nuit. Le temps est clair et doux. La lune brille au-dessus de la montagne du Cheval-Blanc afin d’y passer la nuit. La lune brille au-dessus de la montagne de Corbeil. Les troupeaux de brebis se reposent sans surveillance sur les pacages. Pour les rejoindre, une heure de marche est nécessaire à partir de cette bergerie située dans un creux de vallon.
Dans le courant de la nuit, un des bergers se leva pour vérifier si tout était tranquille et en écoutant les sonnailles du troupeau, savoir si les bêtes étaient paisibles. Il est vite rassuré ; il n’entend aucun bruit, sauf des stridulations de grillons. Soudain, il s’étonne. Une curieuse lune est visible au-dessus de la crête du Cheval-Blanc. Deux lunes dans le ciel, c’est tellement étrange qu’il va secouer son compagnon. Sur le seuil, tous deux regardent, à la fois étonnés et inquiets.
Ils estiment que cette étrange lumière est juste au dessus du troupeau. Un instant, ils songent à se précipiter vers elle pour sauvegarder les bêtes. Mais la peur les cloue au sol. Au cours de tant de nuit passées à la belle étoile, ils n’ont jamais rien vu de semblable.
Cette deuxième lune est une sphère régulière, légèrement étirée vers le bas. Sa couleur est blanche, non éblouissante. Elle est sans halo et n’émet aucun rayon. Elle est une seule source sans point précis d’éclairement à sa surface. Son diamètre paraît légèrement supérieur à celui de la pleine lune visible sur la droite.
Après un examen attentif, les témoins reconnaissent que cette étrange sphère n’est pas au-dessus du troupeau : elle est au-delà de la crête de la montagne qu’elle semble survoler de quelques mètres. Elle restera immobile un long moment. Puis elle amorcera un lent déplacement vers la droite. Son intensité lumineuse ne variera pas. Ensuite, elle paraîtra glisser le long de la montagne et elle s’effacera derrière, très doucement, sans l’éclairer. La lune est haute dans le ciel.
Ce phénomène lumineux insolite a été observé par les deux bergers pendant plus d’une heure et demie, de 23h30 à 1 heure. Sans modification de forme, de luminosité, de couleur. Il n’a émis aucun rayonnement. Il n’a eu aucun éclat remarquable. Il n’a émis aucun rayonnement. Il n’a eu aucun éclat remarquable. Après sa disparition, les témoins n’ont pas tenté de rejoindre le troupeau. Ils sont restés sur le seuil de leur refuge, persuadés d’avoir assisté à une manifestation surnaturelle. L’un d’eux a été pris de panique. Le lendemain matin, ils allèrent ensemble inspecter les brebis ; ils les trouvèrent tranquilles et ne constatèrent aucun désordre. Il n’en manquait pas une.
Dans la même région, quelques années auparavant, au printemps, Mme J…, personne âgée, se leva au cours de la nuit. Elle ne trouvait pas le sommeil. Par une fenêtre, depuis le village de la Mure, près de Saint-André-les-Alpes (04), elle aperçut « une deuxième lune » se déplaçant lentement sur le flanc de la crête des Serres. Il était 3 heures du matin. Sa description du phénomène insolite est identique à celle faite par Jean-Louis A…
La boule de lumière se détachait sur la zone sombre de la montagne, alors que la lune, haut dans le ciel, rendait ce dernier très clair. Elle remonta lentement le long de la montagne, sans l’éclairer et disparut. Mme J…, ne raconta cette observation nocturne à ses familiers que bien des années plus tard ; elle avait appréhendé qu’on se moquât d’elle.
A Digne, cette fois un cas similaire…
Le vendredi 11 janvier 1979, à 7 heures, Mme C…, ouvre ses volets. Une boule lumineuse blanche passe au-dessus du relais TV de Courbons. Elle s’immobilise, puis descend à la verticale, très doucement, sans aucun bruit. Elle disparaît derrière les arbres. Sa luminosité blanche éclairait largement la montagne. Soudain, elle fut de nouveau visible, montant à la verticale à très grande vitesse et elle a disparu en direction du sud-ouest.
Ce phénomène a ét vu et décrit par de nombreux témoins dignois.
Remarque :
Il a été suggéré que cette « deuxième lune » était un reflet de la pleine lune. A cet argument, on peut opposer les vitesses et les directions de déplacement différentes, un temps d’immobilité important du « reflet de la lune » alors que le satellite de la Terre se déplaçait uniformément. Si les couches de l’atmosphère étaient la cause d’un tel phénomène de réflexion (pourquoi pas ? voir les parélies…) comment tenir compte de leur extrême mobilité et variabilité nocturnes, en raison des différences de température relevées en montagne ?
La création d’un « miroir aérien » ne déformant pas l’image de la lune pendant un si long temps est peu probable. Peut-être s’agit-il là d’un phénomène géophysique complexe.
Des enquêtes auprès des habitants de la vallée du Verdon font ressortir que ce genre de phénomène lumineux n’est pas rare localement. N’en concluons pas qu’il s’agisse d’une base d’extraterrestres ! Comme il a été raconté à propos de l’affaire UMMO !
Signalons, non pas comme une conséquence de ces observations, les traces au sol inexpliquées, près de Colmars-les-Alpes (04) à 300 de la cabane du vallon de Fouès, commune de Castelet-les Sausses.
Fin juin 1976, M. Louis M… en menant son troupeau sur les alpages d’altitude, découvre des traces mystérieuses. Alertés, les gendarmes d’Entrevaux font une enquête, le 24 juillet 1976. Sur place, ils constatent :
-Les traces sont deux sillons parallèles formant un arc de cercle de large courbure. Leur longueur totale est de 55 mètres. Leur profondeur varie entre 3 à 5 cm. Ils ont 30 cm de large et sont espacés entre eux de 20 cm. L’ensemble fort régulier s’arrête devant un rocher de forte taille.
-Une empreinte trapézoïdale est visible sur le parcours des sillons (base 74 et 50 cm – côté : 73 cm). L’herbe n’y a pas repoussé.
-D’innombrables cailloux ont été heurtés. Des mottes de terre ont été projetées jusqu’à 6 mètres.
-Les traces remontent à plusieurs mois.
A cette altitude et étant donnée la difficulté d’accès, il est impensable qu’un véhicule automobile ou un engin agricole ait pu atteindre ce site rocailleux. Reste l’hypothèse d’un engin aérien. De telles traces laisseraient supposer un atterrissage difficile ou un accident. Or malgré des recherches minutieuses, aucun débris métallique, aucune trace de matière « aéronautique » n’ont été trouvés.
L’énigme reste entière.

leXav 07/11/2015 22:28

OVNI en Provence - Henri Julien / Michel Figuet Editions de Haute Provence - pp 95-98.
a bon entendeur

leXav 07/11/2015 20:30

Désolé je n'ai pas cet opuscule vintage et introuvable.

Bonne fin de journé et bons ovnis.

M51 06/11/2015 18:34

Mijando a la lejanía del universo, page 286, 290, 295?

Articles Récents

Liens