Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 22:07
La spirale des nébuleuses planétaires.

La spirale des nébuleuses planétaires.

 

On the spacetime geometry of quantum nonlocality

Charlie Beil Heilbronn Institute for Mathematical Research, Howard House, The University of Bristol, Bristol, BS8 1SN, United Kingdom.

http://arxiv.org/abs/1511.05205

 

Nous présentons une nouvelle géométrie de l’espace temps où les évènements peuvent-être positifs dimensionnels. Cette géométrie est obtenue en appliquant l’identité d’indiscernabilité au temps, qui est un principe fondamental des statistiques quantiques. Nous examinons aussi l’ontologie de la fonction d’onde dans ce cadre. En particulier, nous montrons comment l’échange par intrication au niveau spatiotemporel invalide l’hypothèse de préparation du théorème PBR (Théorème sur la réalité physique des états quantiques dû à Matthew Pusey, Jonathan Barrett et Terry Rudolph. Le fameux théorème PBR montre que la fonction d’onde est un état ontique -c’est à dire un objet physique- sous l’hypothèse que les systèmes qui sont préparés indépendamment et ont des états ontiques indépendants. Nous soutenons que dans notre cadre spatiotemporel le changement d’intrication invalide cette hypothèse).

 

Je me demande s’il n’y a pas un lien avec ceci la Nr22 :

 

« Note 1 : Vous observez vous-mêmes, sans pouvoir encore l'expliquer, ce phénomène de décalage ordinal entre les positions respectives de votre planète Terre et des sondes spatiales situées à grande distance. Il n'existe aucun ralentissement de leur trajectoire, ni aucune variation réelle de la vitesse des ondes émises par ces sondes le long de leur cheminement vers la Terre. Cela est provoqué par le décalage temporel des objets lointains dû à la seule topologie hyperbolique du WAAM. Le « maintenant » de ces objets lointains est situé en avance de plus d'une seconde par rapport au vôtre. La mesure de la vitesse des sondes, basée sur l'analyse des signaux reçus, semble indiquer un ralentissement du mouvement et une position des sondes plus proche que les prévisions théoriques basées sur un mouvement soumis aux seules lois de la mécanique newtonienne dans un espace euclidien. Le chemin tridimensionnel parcouru par le signal est strictement égal au chemin prévu par votre théorie classique, à la vitesse du signal attendue, mais avec un décalage temporel dépendant de la courbure locale - négative - de l'espace-temps qui réduit les distances réelles entre les objets lointains. Vous pouvez d'ores et déjà estimer localement cette courbure en utilisant les données provenant de vos sondes lointaines Pioneer qui font état d'un décalage temporel de 1,23 ± 0,20 seconde le long d'un chemin équivalent à 10 13 mètres. Le chemin spatiotemporel réellement parcouru par le signal est en fait le segment hyperbolique isochrone direct qui sous-tend le chemin tridimensionnel et présente systématiquement une longueur moindre de celle du chemin tridimensionnel apparent. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

xavlexav 27/11/2015 16:39

Mais, oui, sinon, oui il y'a certainement un rapport dans certains disons concepts évoqués dans cette Nr 22.
Ou comment démèler le vrai du faux..

https://www.youtube.com/watch?v=hm7z_NCCZWk

leXav 23/11/2015 18:01

Bonsoir,
malencontreusement, le ralentissement des sondes "Pioneer" à finalement trouvé une explication plus conventionnelle: le bilan thermique de la sonde n'étant pas nul, il y' a un rayonnement qui émet une poussée directionnelle dans le sens du ralentissement.

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20110822.OBS8943/le-mystere-des-sondes-pioneer-s-eclaircit.html

Encore un mauvais point pour nos frères de l'espace, désolé :) mais il reste les mystères de l'Univers à découvrir.

Cordialement,

leXav

M51 27/11/2015 21:48

Bonsoir leXav,
Je me méfie comme de la peste des ces journaux « rationalistes » comme "Sciences et avenir" toujours prompts à vous servir le brouet rationaliste, vous savez ces productions insipides de ces spécialistes de la « vérité », abrutis par le tiers exclu. Dès qu’ils trouvent un début d’explication qui pourrait répondre à la problématique posée, hop C’EST PLIE, EXPLIQUE, cela A ETE DEMONTRE ! Je suis quant à moi beaucoup plus circonspecte sur la nature de cette affaire et il me semble qu’il reste encore quelques questions ! C’est plutôt récent et un peu complexe mais cela mérite le détour :
On the possible onset of the Pioneer anomaly
Michael R. Feldman, John D. Anderson
http://arxiv.org/abs/1506.08070
« We explore the possibility that the observed onset of the Pioneer anomaly after Saturn encounter by Pioneer 11 is not necessarily due to mismodeling of solar radiation pressure but instead reflects a physically relevant characteristic of the anomaly itself. »
Il ne me semble pas que nos "frères de l'espace" nous racontent des carabistouilles, ou alors c'est plutôt par omission…si bien que nous croyons qu'il s'agit d'informations bidons alors qu'en fait un océan d'interprétations possibles et probables git sous les mots et les raisons.
Cordialement.

Articles Récents

Liens