Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 12:26

La question des OVNI est bien une question stratégique capitale de nos sociétés et c’est certainement pour cela qu’elle fait l’objet d’une véritable guerre de l’information dont, sur le champ de bataille de la multitude des fausses pistes, désinformation, faits, témoignages, explications fallacieuses et réalités à couper le souffle il est difficile de trouver un chemin serein. Il serait illusoire d’essayer de diluer le phénomène dans une problématique qui ne tiendrait que de la conscience humaine et de ses productions. Je trouve cette voie très humano-centrée et elle présente le risque (peut-être calculé et voulu) de correspondre à l’explication « tarte à la crème » qui permettrait finalement d’évacuer d’autres approches, celles par exemple se basant sur l’ensemble des faits à partir de techniques modernes dérivées du big data. Notez que pour cela, vous n’avez pas à préjuger quoi que se soit à l’avance à partir d’un classement discutable et à réapprendre l’alphabet ( cas A, B, etc.) mais bien plutôt à engranger les faits comme ils se présentent avec le maximum de détails sans élimination. Vous laissez ensuite parler les données. Pour un enquêteur objectif muni de ces outils adéquats, les témoignages révèlent alors un certain nombre de rapports[0] constants qui sont d’une certaine façon des marqueurs de ces « accidents sensibles ». Mais je pense que cela serait peut-être trop criant car à la fois la réalité indiscutable du phénomène surgirait comme une évidence mais encore et surtout certaines caractéristiques de ces accidents sensibles vous « exploseraient », pour prendre un exemple imagé, littéralement à la figure.

En effet on pourrait dire la chose suivante :

1 Nous ne connaissons pas les OVNI, les choses de re, nous ne les connaissons pas dans leur essence.

2 Nous ne les connaissons que sur le plan de la description, de dictum, et cette description est étroitement liée à notre empreinte culturelle.

3 Mais même si nous disons cela, cela ne nous empêche pas de dire que lorsque nous parlons des OVNI, des choses, c’est bien des choses réelles dont nous parlons et non pas des choses seulement telles qu’elles sont comprises.

 

Peut-être alors qu’une certaine réalité se ferait jour. Dans l’actualité récente du net, les informations suivantes ont retenu mon attention :

Même autour des étoiles en fin de vie, on trouve des planètes en train de se reconstituer !

 

De l’autre côté de l’atlantique, on tient bien la question extraterrestre comme une question stratégique et l’on n’hésite pas à mouiller la chemise et développer des exercices de pensée pour se projeter ! Voyez plutôt le travail de Nick Nielsen récemment publié sur le site de Centauri Dreams à propos de deux exercices de pensée concernant l’hypothèse extraterrestre du zoo

« Imaginez une civilisation qui a un million d’années d’existence. Comme Nick Nielsen remarque dans l’article d’aujourd’hui, les 10 000 ans passés de notre civilisation terrestre représenteraient seulement 1 pour cent de la durée de vie de la plus vieille culture ». L’hypothèse du « zoo » envisage les extraterrestres nous étudiant comme nous étudions des animaux dans un cadre contrôlé. Est-ce qu’une super-civilisation peut étudier une culture planétaire pendant tout le cours de son développement technologique ? Nielsen, un auteur et un analyste stratégique, conduit un expérience de pensée sur deux trajectoires possibles d’observation, se demandant comment nous serions perçus par ces étrangers, et comment ils pourraient nous relier à l’histoire de leur propre développement ».

 

On notera que l’un des scénarios se situe après la crise des missiles de Cuba où les affaires auraient mal tourné pour l’humanité et nous nous serions autodétruits, nos visiteurs découvrant les restes…

Ces approches sont à relier avec la question de l’évolution d’une société planétaire et de la présence de passages obligés (pour toutes les civilisations) par des étapes spécifiques communes comme l’invention des techniques et notamment celles qui conduisent aux armes d’auto destruction qui sont, d’une certaine façon, intimement connectées, il me semble, aux techniques permettant le voyage spatial, sujet qui semble avoir inspiré Jean-Pierre Petit mais aussi et surtout Andrei Sakharov…

 

Une dimension qui me semble manquer dans ces approches est justement la dimension « culturelle » de toutes les sciences et les techniques et finalement leur caractère local. Qu’il y ait des invariants pour des astres froids donnés (la découverte du feu, la maîtrise du déplacement sur terre, air, mer, le voyage dans l’espace, etc) ne veut certainement pas dire qu’il n’existe qu’un chemin et le mérite d’une observation ethnologique discrète ne serait-il pas de permettre justement l’exploration des ces pistes différentes et des impasses éventuelles ? La terre de se point de vue pose certainement question.

 

[0] Poincaré :

« Dire que la science ne peut avoir de valeur objective parce qu’elle ne nous fait connaître que des rapports , c’est raisonné à rebours puisque précisément ce sont les rapports seuls qui peuvent être regardés comme objectifs. Un rapport par définition il ne peut être que local. Des objets extérieurs par exemple pour lesquels le mot objet a été inventé sont justement des objets et non des apparences fuyantes et insaisissables parce que ce ne sont pas seulement des groupes de sensation, mais des groupes cimentés par des liens constants. C’est ce lien et ce lien seul qui est objet en eux et ce lien, c’est un rapport. »

 

[1]

Comme quoi le transport mène à tout y compris aux voyages interstellaires ! Ci-joint le CV de Nick

https://www.linkedin.com/pub/nick-nielsen/7/b62/859

et son blog…

https://geopolicraticus.wordpress.com

on notera en particulier les billets suivants :

-Celui du 01/06/2015 – The Appeal to Embargoed Evidence.

-Celui du 27/05/2015- Existential Risk and Identifiable Victims.

-Celui du 14/05/2015, où la torpille VA-111 est joliment photographiée…

Il y a très certainement un changement de paradigme sous-jacent qui émerge dans notre réalité contemporaine.

 

Evolution

Evolution

Multivers

Multivers

La Terre, une prison?

La Terre, une prison?

La version humaine de l'abduction!

La version humaine de l'abduction!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens